Auto : Un salon sur fond d’optimisme

Les organisateurs de la troisième édition du Salon moto-auto affinent les dernières retouches pour assurer la tenue de cet événement incontournable pour les opérateurs du secteur. Cette exposition de grande envergure donne en effet un aperçu sur l’évolution du marché de l’automobile. Malgré l’étroitesse de sa taille, le marché marocain reste très concurrentiel.
32 marques se partagent en effet ce marché. Pour l’année 2002, les professionnels s’attendent à une reprise positive des ventes des véhicules neufs. D’autant plus que le marché de l’occasion est en chute libre, si l’on en juge par les dernières statistiques de l’Administration des douanes et des impôts indirects.
Selon les douanes, le nombre des voitures d’occasion dédouanées s’est établi en 2001 à 25584 unités contre 14530 une année auparavant, soit une baisse de 43%. Durant la même période, le nombre des voitures neuves dédouanées a atteint 21228 véhicules en augmentation de 22,5% par rapport à l’année 2000.
Auprès de l’AIVAM (Association des Indutriels auto), le marché des voitures particulières a réalisé en 2001 des ventes de l’ordre de 20644 unités soit une hausse de 8,5% par rapport à 2000. Concernant le segment des véhicules utilitaires légers, la croissance pour le même exercice s’est située à hauteur de 3,6% après une régression de 11,8% en 2000. Globalement, le marché de l’automobile a atteint une hausse de 10% en 2001 avec 46542 unités vendues. Cette croissance, il faut le préciser a été réaliser en dépit d’une conjoncture économique difficile caractérisée notamment par le repli des investissements.
Cela témoigne de la vitalité du marché de l’automobile marocain. Celui-ci reste malgré son évolution en déca des ambitions des professionnels du secteur. Ces derniers à coups de campagnes promotionnelles et de communication cherchent à séduire une clientèle dont le besoin est manifeste. Des efforts ont été également déployés en matière de révision des prix à la baisse mais est-ce suffisant ? Les sociétés de financement s’intéressent de plus en plus à ce créneau pour permettre aux consommateurs potentiels d’acquérir des véhicules neufs. Il reste cependant que les taux d’intérêts actuels sont loin d’encourager une bonne partie de la clientèle dont le pouvoir d’achat reste faible.
Des efforts restent à faire dans ce sens. En attendant, les différentes marques se livrent à une concurrence de plus en plus agressive sur l’ensemble des segments. On assiste aujourd’hui à un phénomène, celui des lancements de nouveaux modèles sur le marché marocain au même moment au niveau des pays européens. Ce qui traduit clairement la confiance des différentes marques dans le potentiel du marché national.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *