Automobile : Le groupe Ford dans le rouge

Automobile : Le groupe Ford dans le rouge

Ford a accusé une perte nette de 123 millions de dollars sur le trimestre, soit une perte cumulée de 1,3 milliard depuis le début de l’année. Une fois encore, ce sont les activités automobiles en Amérique du Nord qui ont plombé les résultats, avec une perte trimestrielle avant impôts de 797 millions et de 1,25 milliard sur le semestre. A titre de comparaison, le groupe était parvenu à dégager 2 milliards de bénéfices en 2005, malgré des pertes de 1,6 milliard en Amérique du Nord. Jeudi dernier, le P-DG Bill Ford a voulu faire passer un message de confiance et d’urgence mélangées quant à la situation du groupe, alors que certains analystes se demandent si la faillite ne se profile pas à l’horizon.
«Nous avons la bonne stratégie et les progrès depuis le lancement de la restructuration en janvier sont remarquables», a-t-il affirmé.
Toutefois, «le changement des habitudes des consommateurs, par son ampleur, nous coûte beaucoup d’argent», a-t-il ajouté, en référence à la désaffection des Américains pour les 4×4, des véhicules trop gourmands en carburant, alors que les prix à la pompe restent élevés. «Nous avons besoin d’aller plus loin et plus vite par rapport à ce que nous avions envisagé, et nous ferons un point d’ici deux mois sur des mesures additionnelles», a annoncé Bill Ford.
Il n’a pas livré plus de détails et écarté pour l’heure des suppressions d’emplois supplémentaires, indiquant seulement que la solution résidait dans la structure de coûts et le lancement de véhicules mieux adaptés à la demande. A ce jour, Ford prévoit la fermeture de 14 usines et la suppression de 30.000 emplois d’ici 2012.
Le groupe compte redevenir rentable en 2008.
La volonté d’accélérer le redressement n’est pas liée au scepticisme ambiant -Ford reste enfoncé dans la catégorie des investissements à risques chez les agences de notations et l’action a perdu 25% depuis le début de l’année-,  a assuré le P-DG. Ce dernier a plutôt invoqué "de la flexibilité" en raison d’"une impression croissante que l’environnement ne va pas s’améliorer", citant la hausse des coûts des matières premières et des prix du carburant ainsi que la baisse de la confiance des ménages américains. Ford a réalisé 700 millions de dollars d’économies au premier semestre, mais le P-DG a averti que "nous n’allons pas pouvoir en faire autant au second semestre". Par contraste, son concurrent américain GM semble nettement mieux engagé, alors que les deux constructeurs souffrent des mêmes maux: ils n’ont pas anticipé la montée en puissance de leurs concurrents asiatiques ni procédé aux changements de gamme nécessaires pour satisfaire les goûts du marché.
   

Le journal du Net

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *