Automobile : Marché marocain : en attendant la Logan

Automobile : Marché marocain : en attendant la Logan

Avec tout juste un peu plus de 50.000 unités écoulées (voitures de tourisme, 4×4 et utilitaires légers) sur les douze derniers mois, le marché marocain des véhicules (importés et montés), reste toujours loin du cap tant espéré par les importateurs automobiles, à savoir 100.000 ventes par an. Et pour cause, l’automobile reste encore un bien économique dont l’acquisition n’est pas si évidente. Cela, malgré l’existence de formules de financement alléchantes et la disponibilité de plusieurs modèles au ticket d’entrée gravitant autour des 100.000 Dh, le tout, présenté aux consommateurs à coups de publicité et de promotions.
Le prix étant un élément primordial dans la décision d’achat,il n’en demeure pas moins que l’élargissement du marché auto marocain ne se fera vraiment qu’avec la levée des droits de douane.
Cependant, bien que le démantèlement douanier total ne soit prévu qu’à l’horizon 2012, une baisse déjà importante est attendue à partir de 2007 et fera entrer le marché des voitures importées dans une phase cruciale.
Toujours dans cette même pespective, qui est de voir substantiellement ses volumes croître, ce même marché verra probablement sa configuration se transformer en 2005, du fait de l’arrivée de la Dacia Logan. Son lancement en grande pompe, en juin dernier, aura d’ailleurs été un fait marquant dans le secteur automobile en 2004. En effet, au-delà des 600 journalistes, présents ce jour là au Technocentre de Renault (non loin de Paris), pour la découvrir, cette berline tri-corps a, depuis, retenu l’attention de tous les professionnels du secteur, au Maroc comme dans plusieurs Etats européens. Considérée comme la «voiture de tous les défis», la Logan est en fait un projet du P-dg de Renault, qui, au-delà d’en avoir fait un challenge personnel, la considère surtout comme un moyen efficace pour atteindre les objectifs de croissance du groupe Renault-Nissan à moyen terme.
Pour cela, la voiture mondiale de Renault sera commercialisée aux quatre coins du monde et fabriquée, non pas uniquement dans l’usine mère de Dacia (à Pitesti en Roumanie), mais aussi dans d’autres pays comme la Russie, l’Iran, la Colombie et le Maroc. Et justement à la Somaca, ce sont pas moins de 30.000 exemplaires qui sortiront chaque année des chaînes de montage. longue de 4,25 m, offrant cinq places et un vaste coffre (510 litres), la Logan a été développée de façon à ne pas être trop coûteuse, en puisant dans la banque d’organes de Renault.
Résultat : beaucoup de composants ont été empruntés à l’actuelle Clio et à la Mégane, tels que certains détails extérieurs (rétroviseurs, poignées de portes…), les commandes dans l’habitacle, mais surtout la palette des motorisations. Il s’agit en l’occurrence des 1.4 et 1.6 essence et du Diesel moderne, 1.5 dCi, qui fera probablement l’essentiel des ventes au Maroc. Si l’on ignore les tarifs de vente de la Logan au Maroc, on sait en revanche qu’elle sera commercialisée au courant de l’été prochain. Au demeurant, il apparaît clairement que la nouvelle expérience de Renault avec l’assemblage de la Logan dans la Somaca, sera fortement suivie par les grands constructeurs internationaux. Et c’est à sa réussite ou à son échec que ces derniers jugeront de la pertinence d’un futur investissement au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *