Automobile : Nouvelle donne pour la vente et la réparation automobiles en Europe

La Commission européenne a adopté mercredi dernier un nouveau règlement sur la vente et la réparation automobile dans l’Union européenne, qui vise à développer la concurrence en desserrant à partir de 2003 l’étau des constructeurs sur les concessionnaires ou les garagistes. «Nous avons injecté une dose de concurrence substantielle, mais bien pesée», s’est félicité le commissaire européen à la Concurrence Mario Monti, le père de cette réforme qui a suscité des critiques virulentes des constructeurs automobiles. Les commissaires européens ont finalement adopté à l’unanimité, après d’âpres discussions, un texte «équilibré» entre les intérêts des consommateurs et ceux de l’industrie, a assuré pour sa part le président de la Commission européenne, Romano Prodi.
Aux termes de la réforme, qui entrera concrètement en vigueur à partir du 1er octobre 2003, les constructeurs européens garderont le droit de sélectionner leurs concessionnaires et donc de ne pas fournir en voitures les supermarchés ou les vendeurs par Internet.
En revanche, ils ne pourront plus empêcher leurs concessionnaires de vendre des véhicules d’autres marques aux côtés des leurs. Ils ne pourront pas non plus les empêcher d’établir des succursales où bon leur semble. Mais cette mesure ne s’appliquera qu’à partir du 1er octobre 2005, les constructeurs ayant obtenu sur ce point un délai supplémentaire. Les constructeurs ne pourront plus réserver les informations techniques sur leurs voitures aux seuls garagistes agréés, et perdront le monopole des pièces détachées d’origine qui pourront désormais être vendues directement par les sous-traitants qui les fabriquent. Avant-hier, Mario Monti s’est refusé à chiffrer la baisse des prix dont les consommateurs pourraient bénéficier à l’issue de la réforme. Il s’est borné à rappeler les énormes différences de prix des voitures neuves qui subsistent dans l’Union européenne, et que cette réforme a précisément pour but de réduire, voire de supprimer. En Allemagne, pays le plus cher de la zone euro, 40 des 80 voitures les plus vendues ont un prix hors taxes supérieur de 20% à celui qui est pratiqué dans le pays le moins cher, a rappelé Mario Monti. Le dernier relevé de la Commission a identifié un écart record de 36,9% sur le prix hors taxe de l’Opel Corsa entre l’Allemagne et le Portugal.
Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) s’est montré optimiste en estimant que la réforme allait «permettre aux consommateurs de bénéficier de prix moins élevés tant pour les voitures neuves que pour les services après-ventes de qualité».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *