Automobile : PSA résiste au tassement du marché européen

Le constructeur automobile français a annoncé mercredi dernier une hausse de près de 9% de son résultat opérationnel au premier semestre de 2002, à 1,5 milliard d’euros, sur un chiffre d’affaires en progrès de 4,4% à 27,4 milliards d’euros. La baisse de 4% du bénéfice net, à 985 millions euros, est due à une importante plus-value immobilière (228 millions d’euros) enregistrée dans les résultats semestriels de l’an dernier.
Se félicitant de ces bons résultats, le président de PSA, Jean-Martin Folz, a prévu que son groupe finira 2002 aux meilleurs niveaux anticipés en début d’année. Il prévoit une marge opérationnelle de 5% dans la division automobile, comparé à 4,8% en 2001, et un résultat opérationnel en hausse de plus de 9% à 2,9 milliards euros pour l’ensemble du groupe. Soit le haut de la fourchette des objectifs annoncés en février, en dépit d’un recul du marché européen probablement compris entre 4% et 5% en 2002, baisse équivalente à celle du premier semestre, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse. Le groupe français, deuxième constructeur automobile européen derrière Volkswagen et sixième mondial, continue ainsi de résister à la morosité ambiante, grâce au succès de ses modèles, de ses moteurs diesel, et aux économies de coûts découlant de sa politique de plates-formes communes.
Soutenues par des modèles récents comme la Peugeot 206 dans ses versions coupé-cabriolet et familiale (SW), la Citroën C3, la Peugeot 307 et sa version SW, les Citroën Picasso et C5, les ventes mondiales ont augmenté de 3,4% au premier semestre, à 1,65 million de véhicules, avec une forte progression hors d’Europe de l’ouest. En Europe, sa part de marché a augmenté d’un point à 15,4% (voitures particulières et véhicules utilitaires légers). Le groupe peut compter dans les prochains mois sur l’arrivée à pleine cadence des nouveautés et sur la sortie de nouveaux grands monospaces chez Peugeot et Citroën. Il a donc confirmé son objectif de 3,25 millions de véhicules vendus dans le monde en 2002 (+3,8%).
En Europe, les usines ont eu du mal à adapter leurs cadences à la demande pour certains modèles à succès, au point que les concessionnaires ont dû puiser dans leurs stocks. « Face à la demande très forte de nos clients, nous avons les capacités de vendre à nos réseaux au second semestre », a toutefois assuré M. Folz.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *