Autoroutes : ADM atteint sa vitesse de croisière

Autoroutes : ADM atteint sa vitesse de croisière

Un transit quotidien de 350.000 véhicules par le réseau autoroutier en 2016

ADM s’est dotée d’un système d’information couplé à des équipements installés sur terrains, à savoir les caméras, les panneaux à messages variables fixes et mobiles reliés à la plate-forme «ADM Trafic». Ceci permet aux usagers d’être au courant en temps réel des incidents et autres évènements sur leur trajet.

ADM (Autoroutes du Maroc) a atteint un nouveau cycle de développement, ce qui fait d’elle l’un des acteurs les plus importants sur le continent. Les chiffres sont en effet édifiants. En 2016, ADM a vu transiter sur son réseau autoroutier chaque jour près de 350.000 véhicules et a accueilli près de 750.000 passagers, soit un trafic en augmentation de 12% qui a généré une augmentation des recettes de 12% en comparaison avec 2015. Ces performances ont pu être réalisées grâce à la qualité de service rendu aux usagers, notamment au niveau de la sécurité. Selon les responsables, en matière de sécurité, les autoroutes restent 4 fois plus sûres que les routes normales. «En parallèle de sa politique de développement, ADM a entrepris un ensemble de chantiers pour renforcer la sécurité et l’entretien du capital autoroutier existant par la mise en œuvre des travaux de maintenance d’envergure à l’échelon national», indique le management d’ADM. Concrètement, il a été  procédé à la mise en place des unités d’assistance et de surveillance du réseau, prêtes à intervenir à tout moment pour porter assistance aux clients-usagers en cas de panne ou d’accident.

En outre, ADM s’est dotée d’un système d’information couplé à des équipements installés sur terrains, à savoir les caméras, les panneaux à messages variables fixes et mobiles reliés à la plate-forme «ADM Trafic». Ceci permet aux usagers d’être au courant en temps réel des incidents et autres évènements sur leur trajet. Par ailleurs et dans le but de moderniser son activité d’exploitation, ADM a fait appel à l’expertise internationale. Ainsi en 2016, ADM a conclu des partenariats avec la société française Vinci Autoroutes, prestataire technique en charge de la modernisation et de l’automatisation du système de péage ainsi que la société nippone Hanshin Expressway, prestataire technique en charge de la maintenance des ouvrages d’art. «Ces deux sociétés partenaires ont développé une réelle expertise de renommée internationale dans leur domaine de compétence respective.

A travers ces partenariats nos ressources humaines ont pu bénéficier de formations à la fois théoriques et opérationnelles sur le terrain permettant ainsi le transfert de ce savoir-faire», indique la même source. Le développement des activités d’ADM a bien évidemment eu un impact sur le trafic et recettes. Au terme de 2016, la circulation annuelle totale des véhicules a atteint 7,8 milliards véhicules kilomètres «VK» (soit plus de 0,9 milliard par rapport à 2015) générant une recette de 3,12 milliards de dirhams taxes comprises (soit une augmentation de plus de 334 millions de dirhams par rapport à 2015). Quant aux paiements automatiques, ils représentent 31% en 2016 du total des transactions, soit une augmentation de 3 points par rapport à l’année 2015. ADM a malgré tout réussi une performance notable en enregistrant une évolution de son chiffre d’affaires culminant à 12%. Ce chiffre est d’autant plus remarquable qu’il n’est pas accompagné d’une révision des tarifs, ceux-ci ayant été maintenus à leur niveau malgré un taux d’inflation de 1,6%. Au total, le réseau autoroutier a capté 22% de la circulation du Maroc, par rapport à 20% l’année dernière, grâce à l’évolution continue du trafic autoroutier et l’extension du réseau.

Il faut préciser que le réseau autoroutier concédé à ADM totalise désormais 1.771 km avec la mise en service en juillet du contournement de Rabat (42 km) et de l’autoroute El Jadida-Safi (142 km). Ainsi, la circulation sur le réseau stable a atteint 7,15 milliards véhicules-kilomètres, en croissance de +7,2% par rapport à 2015, dépassant la croissance moyenne de 5% depuis 2012. S’agissant des modes de paiement, le taux des moyens de paiement dématérialisé a progressé de +9,1% dépassant la moyenne de 4% enregistrée durant les 5 dernières années.

Dans ce sens, l’année 2016 a été marquée par la généralisation progressive du service télépéage sur l’ensemble du réseau pour atteindre 80% des gares de péage à fin 2016. On note une augmentation remarquable de l’utilisation de Jawaz en 2016 par rapport à 2015. Le télépéage a représenté, en 2016, 5% de la recette VL contre seulement 1% en 2015.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *