Avec des primes émises en forte progression: L’assurance avance à pas surs

Avec des primes émises en forte progression: L’assurance avance à pas surs

Le marché de l’assurance marocain affiche une santé de fer. Une bonne santé qui se traduit par des bilans toujours au vert. C’est ainsi qu’en chiffres, le montant de primes émises a atteint les 16,784 milliards de dirhams au premier semestre 2015.

On constate, à ce titre, une progression de 6,3% en comparaison aux émissions à la même période en 2014 qui s’étaient chiffrées à 15,791 milliards de dirhams. Le secteur est donc en plein essor. C’est ce qui se dégage de la situation liminaire du secteur des assurances au Maroc au premier semestre 2015, publiée par la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR).

Ainsi, d’une année à l’autre, le secteur des assurances au Maroc confirme sa position de marché modèle pour les pays du Maghreb. Aussi, au premier semestre 2015, son essor, le secteur le doit principalement au développement des opérations vie et capitalisation qui se chiffrent à 5,237 milliards de dirhams, soit 31,2% du total des émissions, contre 4,598 milliards à la même période en 2014, soit une progression de 13,9%.

De même, il y a la progression notable des opérations non-vie chiffrées à 11,547 milliards de dirhams, contre 11,192 milliards de dirhams à la même période en 2014, en hausse de 3,2%. Enfin, on retrouve les acceptations en réassurance qui se sont chiffrées à 104,4 millions de dirhams en léger fléchissement avec une part de marché de seulement 0,6%.
Dans ce sillage, la répartition des primes émises par catégories et branches d’assurances montre que l’assurance automobile a consolidé sa place prépondérante en termes des émissions totales en accaparant une part de 32,6% du total des émissions, se chiffrant à 5,469 milliards de dirhams, suivie de la catégorie assurance vie et capitalisation avec 31,2% du marché, se chiffrant à 5,235 milliards de dirhams.
Par ailleurs, en termes de dispersion, le marché marocain continue à connaître la même concentration des émissions. En effet, les assurances automobiles, les accidents du travail et les assurances de personnes (accidents corporels, maladie-maternité et assurances vie et capitalisation) représentent, à eux seuls, 82,3% de l’ensemble.

Eclairages

En gros, cette expansion est tirée par une croissance notable des contrats d’assurance vie et de capitalisation, qui ont vu leurs primes augmenter de 13,9% en glissement annuel, atteignant 5,24 milliards de dirhams. Si ce segment représente près d’un tiers du chiffre d’affaires du secteur, c’est de l’avis général au sein de la FMSAR que le marché de l’assurance semble se développer. Ainsi, selon les experts, la forte croissance des produits d’assurance vie est tirée en partie par des facteurs économiques s’exerçant sur le court terme, notamment la croissance des crédits fonciers et des crédits à la consommation, deux catégories qui contribuent à faire grimper les ventes dans le segment. De même, les facteurs à long terme, notamment une meilleure connaissance des produits d’épargne tels que les plans d’épargne retraite et le climat économique incertain suite à la crise mondiale, contribuaient également au développement du segment.

De ce fait, ce sont en particulier les produits d’assurance-vie individuelle, déjà en tête du segment, qui ont joué un rôle moteur dans l’expansion constatée, affichant une hausse de 19,7% en glissement annuel pour atteindre 3 milliards de dirhams. Les contrats collectifs d’assurance-vie se sont, quant à eux, contractés de 2%, passant à 1,1 milliard de dirhams, après avoir enregistré une croissance de 13,2% l’an dernier. Les ventes de contrats de capitalisation affichent également une forte progression. En hausse de 18,9%, elles s’élèvent à 906,1 millions de dirhams.

De même, pour ce qui est du segment non-vie, c’est l’assurance automobile qui occupe la première place en termes de primes. Le segment affiche une croissance légèrement inférieure à  celle du secteur dans son ensemble, de 5,1%. La majorité des autres produits non-vie enregistre toutefois des résultats moins solides sur la période, les primes d’assurance transport se contractant par exemple de 8,5% pour atteindre 300 millions de dirhams.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *