Avec l’ouverture de son 3ème bureau au Maroc : Les régions Souss-Massa et Marrakech-Safi dans le viseur de la BERD

Avec l’ouverture de son 3ème bureau au Maroc : Les régions Souss-Massa et Marrakech-Safi dans le viseur de la BERD

L’ouverture du bureau d’Agadir marque une étape importante pour ce qui est d’étendre le champ d’activité de la banque, d’identifier des partenaires locaux, de stimuler la création d’emplois de qualité dans le secteur privé et de développer une économie résiliente.

Un troisième bureau de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement a été inauguré en grande pompe lundi à Agadir, et qui couvrira Souss-Massa et Marrakech-Safi, deux importantes régions économiques qui contribuent pour 16,5% au PIB du pays.
Le nouveau bureau appuiera un large éventail de possibilités de développement en partenariat, s’attachant à promouvoir le savoir-faire et les meilleures pratiques de la BERD. L’ouverture du bureau d’Agadir marque une étape importante pour ce qui est d’étendre le champ d’activité de la banque, d’identifier des partenaires locaux, de stimuler la création d’emplois de qualité dans le secteur privé et de développer une économie résiliente.

Le troisième bureau de la BERD au Maroc après Tanger et Casablanca a été ouvert par Alain Pilloux, vice-président de la BERD en charge des opérations bancaires, en présence de Nadia Fettah Alaoui, ministre du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, Claudia Wiedey, ambassadrice chef de la délégation de l’Union européenne au Maroc, Ahmed Hajji, wali de la région du Souss-Massa, Janet Heckman, directrice générale chargée de la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région Semed), et Marie-Alexandra Veilleux-Laborie, directrice de la BERD pour le Maroc.

Selon M. Pilloux, «l’ouverture de ce nouveau bureau de la BERD à Agadir confirme notre engagement à développer l’économie marocaine en renforçant nos activités et en favorisant l’intégration régionale. Ces mesures stimuleront la création d’emplois». Alors que pour Mme Wiedey, «l’Union européenne, qui finance le programme de conseil aux petites entreprises de la BERD, se félicite de la création de ce nouveau bureau à Agadir. Elle s’appuiera sur le savoir-faire de la banque et offrira au quotidien des services de conseil aux PME des régions du Souss-Massa et de Marrakech-Safi afin de renforcer leur potentiel économique. Elle se réjouit d’être un partenaire pour la compétitivité de l’économie locale, essentielle au nouveau modèle de développement du Maroc».

Le choix de la BERD de s’attaquer à ces deux régions n’est pas fortuit, mais il est dû au fait que l’économie locale du Souss-Massa repose sur un réseau de petites et moyennes entreprises (PME) et sur une solide industrie de la pêche, tandis que la région de Marrakech-Safi est connue pour son agriculture et son tourisme. Déjà cette banque a réalisé dans ces deux régions 51 projets de conseil local pour plus de 46 PME. Les secteurs les plus représentés sont l’agroalimentaire, la construction, l’industrie chimique et pharmaceutique. Le coût total de ces projets est de 481 mille euros.

Notons qu’en marge de cet événement, la BERD a organisé à Agadir une rencontre pour discuter de la compétitivité des PME du Souss-Massa et pour présenter le programme d’appui qu’elle met à la disposition de ces entités économiques.
Pour rappel, la BERD, qui investit au Maroc depuis 2012, y a financé 58 projets dans le secteur privé pour un total de près de 2 milliards d’euros. Parallèlement au financement des secteurs privé et public, la banque s’emploie, en particulier, à appuyer les PME par le biais de son programme de conseil aux petites entreprises. Au Maroc, cette initiative financée par l’Union européenne apporte un appui technique et financier sous la forme de services sur mesure de conseil et d’expertise. À ce jour, plus de 600 projets d’appui ont été mis en œuvre.

Questions à Alain Pilloux, vice-président de la BERD

«La banque a investi environ deux milliards d’euros au Maroc»

ALM : Pourquoi vous avez choisi Agadir pour y ouvrir le troisième bureau de la BERD au niveau du Maroc ?

Alain Pilloux : Tout simplement parce qu’avec le bureau central de Casablanca nous couvrons bien les régions marocaines adjacentes, avec un autre bureau à Tanger nous couvrons la région de Tanger- Tétouan-Al Hoceima mais également l’Oriental, et le but de ce bureau d’Agadir c’est de compléter notre couverture territoriale en travaillant dans la région de Marrakech-Safi et du Souss-Massa.

Quelles sont les ambitions de la BERD pour le Maroc ?

Nos ambitions c’est que le Maroc continue de se développer dans la stabilité et dans la clarté, nous sommes prêts à soutenir le nouveau modèle de développement économique qui est prôné par Sa Majesté, et on va continuer à travailler fortement avec les banques locales , et avec les petites et moyennes entreprises mais aussi dans les domaines de l’infrastructure, de l’énergie, et peut-être d’une manière croissante dans les régions et dans l’équipement des villes.

Comment comptez-vous renforcer votre présence dans le Royaume ?

Nous renforçons notre présence en permanence en recrutant de nouveaux collègues, nous avons investi dans ce pays depuis sept ans environ deux milliards d’euros dans presque 60 projets, chaque année nous investissons dans les 250 millions d’euros, je voudrais que ce chiffre augmente dans les années à venir au contact des entreprises, des banques et des projets d’infrastructures. En effet, la BERD est une banque qui répond à la demande en essayant de financer tous les projets viables quel que soit le secteur d’activité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *