Aviculture: Un engouement international pour Dawajine

Aviculture: Un engouement international pour Dawajine

«Le secteur avicole se développe de manière significative. Il constitue en effet l’une des activités agricoles les plus dynamiques au niveau national. Le secteur couvre la totalité des besoins nationaux en viande de volailles et en œufs de consommation».

C’est en ces termes que Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, commente l’évolution de l’aviculture au Maroc. Le secteur célèbre actuellement la 18ème édition du Salon Dawajine. Le ministre s’est par ailleurs félicité du rayonnement que connaît cette manifestation, notamment en termes de participation internationale. «Cet engouement confirme l’importance du secteur et la pertinence des actions engagées par la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole au Maroc (FISA). Il est utile de souligner que la fédération est un bon partenaire. Tous les objectifs fixés avec le ministère ont été rapidement atteints», explique le ministre.

Le Salon Dawajine en est à sa 18ème édition. Un rendez-vous qui coïncide également avec la célébration du 20ème anniversaire de la FISA. Après deux décennies, l’heure est au bilan. «La FISA est née suite à l’initiative de plusieurs acteurs du secteur qui voyaient que le développement de l’aviculture dépendait d’une organisation professionnelle. Le but étant de remédier à plusieurs problèmes d’élevage, aussi bien sur le plan sanitaire que technique», rappelle Chaouki El Jirari, directeur de la Fédération.

Et d’ajouter qu’ «après la création de la fédération, le secteur a commencé à prendre son élan. Plusieurs avancées ont été réalisées, notamment en matière de réglementation telles que la réduction des droits de douane sur un certain nombre d’intrants».

En outre, l’aviculture a connu la conclusion de quelques contrats-programmes. Inscrits dans le cadre du plan Maroc Vert, ces engagements ont permis de revoir l’organisation du métier ainsi que les modalités d’agrégation et d’export. Concernant ce dernier point, M. el Jirari affirme que «les exportations augmentent pratiquement de 100%. Le secteur compte à ce jour l’exportation de 13 millions d’œufs à couver et de 3 millions de poussins». Le directeur de la FISA affirme que ces volumes sont minimes par rapport à la taille du marché.

Toutefois, le volet commercialisation reste un chantier ouvert. «Nous n’arrivons toujours pas à régler les lacunes à ce niveau. Certes, il faut sauvegarder un peu les emplois qui sont créés dans ces circuits anarchiques mais à un moment donné il faudrait avancer et améliorer les choses», apprend-on de Chaouki El Jirari.

Rappelons que le Salon Dawajine, dont les travaux s’achèveront le 26 novembre, connaît cette année la participation de 300 exposants dont 75% sont issus de l’Asie, l’Amérique du nord, l’Europe et le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest. Le salon s’est agrandi de 30% pour accueillir 10.000 visiteurs professionnels.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *