Baisse de la production et des ventes: Ça commence mal pour l’industrie marocaine en 2015

Baisse de la production et des ventes: Ça commence mal pour l’industrie marocaine en 2015

L’industrie marocaine a bouclé le premier mois de cette année 2015 sur une note de morosité. En effet, en ce mois de janvier, le secteur s’est confiné dans la baisse de production après avoir clôturé l’année 2014 par une hausse d’activité.

Ainsi, avec une majorité des industriels qui fait état d’un recul des ventes et d’une baisse de la production par rapport au mois de décembre 2014, l’industrie a perdu le goût de l’embellie en ce début 2015. C’est ainsi que, comparé au niveau du mois de décembre, les évolutions de l’activité et du taux d’utilisation des capacités de production ont marqué une forte stagnation.

C’est ce qui est à retenir des résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie relative au mois de janvier 2015, publiée par Bank Al-Maghrib. Dans ce sens, la production se serait inscrite en baisse pour 44% des industriels participant à l’enquête avec un solde d’opinion négatif de 43% au mois de janvier 2015. Aussi, dans son analyse, Bank Al-Maghrib explique que ce fléchissement de la production a concerné l’ensemble des branches, à l’exception des industries «mécaniques et métallurgiques» où l’activité aurait stagné.

Dans le même sillage, Bank Al-Maghrib signale que les industriels sont majoritairement en accord sur la baisse des ventes aussi bien sur le marché local qu’étranger. Ainsi, 58% d’entre eux font état d’une baisse et 22% d’entre eux d’une hausse alors que les ventes ont enregistré une stagnation pour les 21% restants.

À ce titre, la banque centrale signale que ce constat reste valable pour les branches «chimie et parachimie», «agroalimentaire» et «électrique et électronique». En revanche, les ventes auraient augmenté dans la «mécanique et métallurgie», en liaison avec la hausse des ventes locales et dans le «textile et cuir», sous l’effet de l’amélioration des exportations de la branche.

Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités (TUC) s’est établi à 64%, soit quasiment le même niveau que le mois précédent. Cette stabilisation recouvre une baisse dans la «chimie et parachimie» et l’«électrique et électronique» et une hausse dans la «mécanique et métallurgique».

Quant aux nouvelles commandes reçues en janvier, elles auraient marqué une stagnation par rapport au mois dernier, recouvrant une baisse dans l’«agroalimentaire», le «textile et cuir» et la «chimie et parachimie» et une hausse dans la «mécanique et métallurgie». Pour ce qui est du niveau des carnets de commandes, ils se seraient maintenus à un niveau inférieur à la normale pour l’ensemble des branches.

Par ailleurs, pour les trois prochains mois, Bank Al-Maghrib annonce que les entreprises sont plutôt optimistes et anticipent une hausse de la production et des ventes sur toutes les branches avec des soldes d’opinions positifs de 34% et 37% respectivement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *