Baisse en valeur de la pêche côtière

Baisse en valeur de la pêche côtière

Le bilan est accablant. La production nationale de la pêche côtière et artisanale a enregistré une diminution de 13 % en valeur malgré une augmentation de 6 % en volume. Selon une note de conjoncture de l’Office national de la pêche (ONP), cette baisse au niveau de la valeur qui atteint 1.425 MDH pour une production de 358 877 T est due principalement à la chute des débarquements des céphalopodes, groupe d’espèces à haute valeur commerciale .Les experts de l’Office présentent dans leur rapport le détail de la répartition des débarquements par côte et par principaux ports de pêche, pour le premier semestre 2003, Ainsi, les débarquements enregistrés au niveau des halles de la côte méditerranéenne au cours du premier semestre 2003, s’élèvent à 13 273 T pour une valeur de 106.6 MDH, représentant ainsi 4 % des débarquements de la flotte côtière nationale en volume et 7.5 % en valeur. Comparée à la même période de l’année 2002, cette production a connu une augmentation de 3 % en volume et une légère diminution de 2 % en valeur. Sur le même registre la part de l’Atlantique dans les débarquements enregistrés durant le premier semestre 2003 a représenté 96% du volume total de la pêche côtière et artisanale, soit 345 604 T et 92.5 % de la valeur, soit 1 318 MDH. Ces apports ont connu une augmentation de 6 % en volume et une diminution significative de 14 % en valeur. Cette diminution s’explique principalement par la chute drastique du stock du poulpe dans le sud. De même,les ports de Tan Tan et de Laâyoune, qui représentent 59% du volume des débarquements de la pêche côtière et artisanale n’ont pas fait mieux . Ils ont enregistré une production de 210 777 T pour une valeur de 359 MDH, soit une baisse respectivement de 8 et de 22%, par rapport à la même période de l’année précédente . Seules les halles de Mohammedia, Casablanca, Safi et Agadir, transférées à l’ONP depuis le 1er janvier 2002, ont enregistré, durant le 1er semestre 2003, 81 700 T pour une valeur de 442 MDH, soit une augmentation considérable respectivement en volume et en valeur de 74 et de 33%. Ce résultat est le fruit de la mise en place d’une nouvelle organisation de la commercialisation au niveau des ports de pêche abritant ces halles qui se sont traduites, sur le plan national, par une grande maîtrise des flux, une uniformisation des procédures de gestion et une standardisation des normes d’hygiène et de qualité dans l’ensemble des halles du Royaume. Il faut signaler par ailleurs, que durant le premier semestre 2003, les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont été dominés par les destinations à valeur ajoutée, à savoir la consommation et la conserve qui représentent, à elles seules, près de 63% de cette production avec une augmentation de 19 % par rapport à la même période de l’année 2002.Tout en maintenant une part importante de 32%, la destination «sous produits», à faible valeur ajoutée qui a enregistré de son côté une diminution de 3% des débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale. De même, la flotte de pêche côtière et artisanale a débarqué 292 234 T de poisson pélagique pour une valeur de 527 MDH, enregistrant respectivement une augmentation de 7 % en volume et de 8 % en valeur par rapport à la même période de l’année 2002. Cette catégorie d’espèces représente 81% des captures totales pour seulement 37% de leur valeur, avec un prix moyen de l’ordre 1 803 DH/T. La valorisation du poisson pélagique a connu une légère amélioration avec une augmentation du prix moyen de 17 DH/T en 2003 par rapport à l’année précédente.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *