Balisage : Changement très attendu

Arrivée en octobre 2000 avec la mission de restructurer, de revitaliser et de «réveiller» un Office très pléthorique, trop dispersé, Fathia Bennis part aujourd’hui avec le sentiment du travail bien fait. Les professionnels saluent en elle une personne de dialogue et de consensus et qui a réussi à garder le sens du contact et de l’écoute avec tout le monde. Ce n’est pas chose aisée, quand on connaît ce secteur.
Certes, le bilan n’aura pas été reluisant sur tous les côtés. Il y a eu des choix trop justes, une restructuration entamée mais non achevée, une situation comptable héritée de la vieille époque et toujours difficile à assainir. Mais il faut l’admettre, avec Mme Bennis, l’ONMT a renoué avec des traditions qu’elle avait enterrées : les conseils d’administration. Le dernier en date, tenu le 19 juillet, à la veille de ce changement, était une sorte de bilan pour Mme Bennis. Elle aura eu la satisfaction de voir enfin adopté cet organigramme qui manquait tant à la restructuration. Passé comme une lettre à la poste, alors qu’il a fallu, on s’en rappelle, une bataille homérique pour l’imposer à quelques vieux caciques, les gardiens du temple de l’ONMT. Sur ce front-là, le mérite de Fathia Bennis aura été d’avoir brandi – sans jamais l’appliquer- les contrats-progrès, d’avoir tendu l’oreille aux professionnels dont certains ne rataient aucune des réunions pour venir rappeler leurs longues expériences. Diriger l’Office du tourisme est forcément un combat sans merci.
Le nouveau directeur de l’ONMT, Abass Azouzi, récemment élu n’aura pas droit à un round d’observation. Des dossiers l’attendent.
La réforme de la TPT, la bataille pour l’augmentation du budget, les rapports qui risquent d’être tendus avec certains délégués à l’étranger qui convoitaient aussi le fauteuil de directeur général. Son combat décisif, sera livré sur le terrain, avec les professionnels. De la qualité de leurs rapports dépendra certainement la réussite de sa mission. Le nouveau DG a déjà un atout dans son sac : il est très en phase avec le ministère du Tourisme.
A charge pour lui maintenant de mener à bien les chantiers inaugurés par Mme Bennis et de concrétiser les attentes placées en lui. En particulier, la poursuite de la politique de promotion régionale dont on a connu l’ébauche ces derniers mois et qui mérite une attention particulière. Sur son chemin qui sera jalonné d’épreuves et d’obstacles, le nouveau DG rencontrera sûrement le reliquat du passif de l’ONMT. Une confrontation très attendue.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *