Balisage : D’Istanbul à Casablanca

Un échange de politesse à la suite de l’éductour organisé par la RAM courant mai au profit d’opérateurs marocains dans la capitale turque. Connaissant le flux croissant existant entre les deux pays, l’expédition turque s’est transformée quant-à-elle en une véritable opération commerciale et marketing.
A Istanbul, les agences de voyages marocaines sont parties sans les ténors, sans leur président de la Fédération. A Casablanca, Basran Ulusoy, venu les mains pleines de cadeaux, avec quatre chaînes de télévision,  ne s’est pas contenté de faire dans le figuratif. Bref, les agences turques se sont engagées résolument aux côtés de leurs consœurs marocaines.
A Marrakech, où la visite a commencé le 25 juin, les opérateurs turcs ont apprécié le folklore marocain et la gastronomie locale. La section locale des agences de voyages a mis les petits plats dans les grands pour offrir à ses invités un dîner de gala digne de la tradition hospitalière de Marrakech.
Après la ville ocre, la délégation a été reçue par le réseau de distribution casablancais, en date du lundi 27 juin. Une grand-messe à laquelle ont pris part Driss Benkirane directeur RAM pour le réseau moyen courrier et Abdellah Kenfaoui, directeur régional de la RAM à Istanbul.
Rappelons qu’avec l’arrivée de l’été, Turkish Airlines et la RAM sont passés à la vitesse de croisière avec au total six fréquences hebdomadaires entre Casablanca et Istanbul. «Sur le plan touristique, note M. Kenfaoui, il y a une demande de 7 charters entre septembre 2005 et janvier 2006». Pour élargir le marché, la RAM entend mener des prospections vers les pays voisins de la Turquie, l’Iran et la Bulgarie en particulier.
Lors de cette réunion, le président de la Fédération turque a annoncé qu’un congrès de 600 personnes se tiendra à Marrakech en mars 2006. Cela avant la tenue, l’été prochain, dans la même ville, de l’assemblée des 4 600 agents de voyages turques. A noter qu’une incentive de 426 personnes, venant d’Istanbul,  vient d’avoir lieu à Marrakech, au mois de mai.
La délégation turque repart aujourd’hui, après une visite d’Agadir, laissant aux opérateurs marocains l’impression d’un renouveau du marché émetteur turc.
En effet, comme le note le directeur commercial et marketing de Royal Mansour, Mohamed Mekouar, «il est bien loin le temps où le marché émetteur turc était synonyme de saisonnalié à outrance avec deux mouvements de voyages par an, lors de la fête du mouton et en fin d’année». Fini aussi le temps, où les Marocains préféraient l’Espagne au pays d’Attaturk. Ce regain d’échanges touristiques entre les deux pays est à mettre dans le compte des deux compagnies nationales.
Reste à convaincre certaines agences de voyages marocaines qu’elles ont tout à y gagner à convertir leurs nouvelles opportunités en packages touristiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *