Balisage : La baie d’Agadir tient son label

C’est l’aboutissement de longs efforts. Depuis dix ans, tous les GRIT et tous les CRT qui se sont succédé à Agadir, s’y sont attelés, y ont cru et en ont fait un cheval de bataille. Le résultat est enfin acquis. La ville d’Agadir recevra officiellement, ce vendredi 19 novembre, le trophée du label des plus belles baies du monde. Une consécration que l’actuel bureau du CRT a la probité morale de ne pas vouloir se l’attribuer tout seul. Le premier jalon concret a été en effet posé en 2002, avec l’adhésion de la ville au label des plus belles baies du monde.
Ces précisions étant faites, il convient certainement de dire que pour Agadir, le chemin à parcourir est encore long. L’objectif de la ville est d’obtenir le pavillon bleu, ce petit label si difficile à obtenir et qui ne compte que trois fédérés en France dont la Baule et Biarritz. C’est dire de la délicatesse de la tâche. Car, pour le moment, la distinction va au site, à une baie, et donc, pour reprendre les termes d’un animateur du milieu associatif touristique, à la nature excellente d’Agadir.
Le Club des plus belles baies du monde a pour objectif de valoriser la promotion des baies d’une qualité exceptionnelle à travers le monde. On l’aura compris, le label bleu, lui, s’intéresse à l’aspect plage. C’est-à-dire à la qualité des eaux de baignade, souci permanent des touristes. A la sécurité, à la propreté et à la quiétude. Agadir a fait beaucoup de chemin pour faire de ses plages l’une des plus visitées dans la région.
Mais de l’avis même des opérateurs, il y a encore beaucoup à faire pour répondre aux exigences des labels bleus. Cela relève de la moblilisation de tous les acteurs, des élus locaux, de l’administration et des différents intervenants dans le secteur. Le choix du Club des plus belles baies du monde, de tenir son assemblée générale dans la capitale du Souss, du 18 au 20 novembre, est en soi un signal positif. Un succès sur le plan promotionnel avec 80 participants venus des quatre coins du globe : d’Angleterre, d’Allemagne, du Vietnam, du Cap Vert. Seulement, attention au repos du guerrier, à la tentation de croire que le label bleu suit automatiquement le trophée de la plus belle baie du monde. Nombre de baies prestigieuses comme Cannes en France ont échoué à l’examen d’entrée à cause d’une petite tache de pollution repérée dans l’eau, d’un sachet oublié par l’équipe de nettoyage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *