Balisage : Vous avez dit Top Résa

Le Top Résa arrive à grands pas. Ce sera dans le dernier tiers de ce mois.  Ici et là, on a vu des préparations, des séminaires, de bonnes initiatives.  Mais pas de stratégie unifiée. Pas de claire vision sur le budget que le Maroc va consacrer à l’événement, pas d’information sur la promotion institutionnelle qui y sera faite. Y-a-t-il un plan de vol ?
 Celui-ci a toujours été confidentiel. A charge pour les opérateurs et les professionnels d’en deviner les contours. Dans ce jeu de devinettes, les non-initiés payent les pots cassés, ne sachant pas quelle démarche adopter pour bénéficier d’un petit espace au stand Maroc. A moins que cela ne soit la règle du premier venu, premier servi, règle qui, on le sait, conduit au souk.
 Le mystère est entretenu jusqu’à la dernière minute. Sur quels critères les opérateurs sont choisis, comment sont rétrocédés, aux professionnels, les espaces achetés auprès des organisateurs ? Les règles du jeu sont loin d’être évidentes. Et pour ne rien ajouter à la clarté, on n’a aucune connaissance du programme et du budget à quelques semaines de l’événment; peut-on espérer des retombées fructueuses ? 
Il n’y a pas longtemps, on avait droit à un séminaire d’information global, organisé par l’Office du Tourisme de Paris. Aujourd’hui, l’ONMT semble s’être déchargé de cette tâche. Le seul séminaire prévu pour le Top Résa est à l’actif du CRT de Rabat. Et le ministère de tutelle dans tout cela ? De ce côté-ci, ira-t-on à Deauville sans avoir pris la peine de dresser les contours d’une stratégie novatrice ?
A eux seuls, les CRT ne pourront pas tout faire. Ne disposant pas de budgets suffisants, ces leviers de promotion auront tout le mal du monde pour mener à bien leur mission. Il faut le dire aussi, certains opérateurs ont pris goût à cette fête de Deauville. Pour eux, le Résa rime avec le shopping.
Qui y va avec un matériel, une brochure, un plan d’attaque ?  Y a-t-il des objectifs à atteindre, des buts visés? Evénement d’envergure, cette manifestation est-elle vraiment prise au sérieux par les décideurs touristiques ? Le ministre du Tourisme y va. Le Directeur général de l’ONMT y établit sa tente. La RAM ménage son espace. Au final, le stand du Maroc, plein à craquer, ne manquait que d’une chose : un plan d’attaque. Pourvu que la réalité déjoue nos pronostics. Nous en serons les premiers à applaudire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *