Bank Al-Maghrib : 249 milliards DH de billets et de pièces de monnaie en circulation en 2018

Bank Al-Maghrib : 249 milliards DH de billets et de pièces de monnaie en circulation en 2018

245 milliards de dirhams en circulation sont sous forme de billets (1,7 milliard de billets). Les billets de 200 dirhams représentent 72 % de ce volume.

L’usage du cash contribue fortement à la hausse de la circulation de la monnaie fiduciaire. 249 milliards de dirhams de billets de banque et de pièces de monnaie étaient en circulation en 2018.

Une progression de 7% a été relevée dans ce sens, soit à un niveau similaire à celle enregistrée une année auparavant. C’est ce qui a été relevé dans le dernier rapport sur la stabilité financière de Bank Al-Maghrib. La banque centrale indique que le paiement par cash couvre 95% du volume des transactions au moment où 82% des cartes bancaires sont utilisées pour le retrait d’espèces. Il est à souligner que 245 milliards de dirhams en circulation sont sous forme de billets (1,7 milliard de billets).

Les billets de 200 dirhams représentent 72 % de ce volume. La circulation des pièces de monnaie a également progressé. La banque centrale fait ressortir une hausse de 3% atteignant ainsi un volume de 2,8 milliards d’unités, soit l’équivalent de 3,4 milliards de dirhams à fin 2018. Se référant à Bank Al-Maghrib, les pièces de 1 DH, ½ DH, de même que les 20 et 10 centimes dominent la circulation des pièces en représentant ensemble une part de 75 %.

Approvisionnement de l’économie : 2,7 milliards de dirhams satisfaits en billets

L’approvisionnement de l’économie en monnaie fiduciaire (billets et pièce) se consolide. La satisfaction en billets s’est appréciée de 4%, soit un volume de 2,7 milliards de dirhams en 2018, dont une contribution de 76 % des centres privés de tri (CPT). «Bank Al-Maghrib assure la supervision de la qualité du recyclage effectué par les CPT, elle comble aussi le besoin en billets de banque grâce d’une part à l’injection de billets neufs qui a atteint un volume de 503 millions de billets (+14%) et d’autre part grâce aux 162 millions de billets valides issus de son activité de traitement», peut-on relever de la banque centrale. En revanche, l’approvisionnement de l’économie en pièces s’est inscrit en repli comparé à une année plus tôt.

Une baisse de 4% a été observée à ce niveau, soit un volume de 400 millions de pièces. Se référant à Bank Al-Maghrib, ce repli est attribué à la baisse du volume de recyclage en pièces de monnaie des centres privés de tri. Ce dernier a atteint les 317 millions de pièces, en régression de 5%. «Ce repli trouve son explication dans le non-reflux de la monnaie divisionnaire aux banques. Cette tendance se traduit par la demande croissante sur les pièces qui demeure en circulation pour motif de transaction», peut-on lire dans le rapport de Bank Al-Maghrib.

Un volume de 310 millions de billets détruit en 2018

Bien qu’il se soit maintenu en 2018, l’élan de destruction des billets en circulation a été au ralenti comparé à l’exercice précédent.

Bank Al-Maghrib confirme avoir détruit durant l’année un volume de 310 millions de billets. Un volume en baisse de 18% comparé à 2017. Il est à rappeler que Bank Al-Maghrib demeure l’acteur principal du maintien de la qualité de circulation fiduciaire. Un volume de 518 millions de coupures de billet a été émis en 2018. La banque centrale fait ressortir dans ce sens une hausse de 14 % par rapport au volume émis en 2017.

De même, 3,1 milliards de billets ont été traités dans le cadre de l’entretien de la qualité, effectué conjointement par Bank Al-Maghrib et les centres privés de tri. Ce volume s’inscrit en augmentation de 5% par rapport à 2017. Rappelons que cette activité a permis de traiter environ 2 fois le volume des billets en circulation.

Ils représentent une valeur de 1,4 milliard DH : Plus de 9.000 faux billets détectés en 2018

La falsification de monnaie s’atténue au niveau national. Sur un million de billets en circulation, 5,3 billets sont contrefaits. Le constat établi par Bank Al-Maghrib fait ressortir un niveau très faible du faux monnayage au Maroc comparativement à l’échelle internationale. Ainsi, 9.074 faux billets ont été détectés en 2018 représentant une valeur de 1,4 million de dirhams, soit une baisse de 7% par rapport à 2017. Un repli qui concerne aussi bien le volume que la valeur de faux billets. Il ressort que la falsification des billets a été réalisée à hauteur de 81% par des photocopieurs ou imprimantes couleurs.

Les billets de 200 dirhams sont les plus concernés par ce phénomène. Se référant aux indicateurs révélés par Bank Al-Maghrib, ils représentent 63% des faux billets décelés.

Les billets de 100 dirhams représentent 20% des billets contrefaits contre 11% pour ceux de 50 dirhams et 6% pour ceux de 20 dirhams.

Les contrefaçons ciblent par ailleurs la série d’émission 2002. Ce type de billet représente 48% des billets détectés.

La série 2012 arrive en deuxième place avec une part de 36% des pays contrefaits.

Les faux billets de type 1987 représentent 16% des billets décelés. Bank Al-Maghrib soulève par ailleurs une baisse du nombre de faux billets de banques étrangères détectés. Le repli est évalué à 49%, soit 552 billets contrefaits. Cette tendance a concerné les principales devises, à savoir le dollar américain (-52%) et l’euro (-54%).

Evolution du nombre des billets de banque contrefaits (2014-2018)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *