Bank Al-Maghrib évalue son action

Bank Al-Maghrib évalue son action

Mardi 20 novembre s’est tenu le Conseil de Bank Al-Maghrib au cours duquel les différents membres ont procédé à l’analyse de la situation économique monétaire et financière du Royaume. Présidée par le gouverneur de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, cette réunion s’est d’abord attelée à disséquer les données fournies par le ministère des Finances et de la Privatisation, contenues dans la loi de Finances pour l’année 2006, notamment les différents indices macro-économiques tel le déficit budgétaire (de l’ordre de 4,5 % pour l’année prochaine).
Un communiqué de cette institution financière explique qu’à la lumière des perspectives macro-économiques pour 2006, le Conseil a ainsi arrêté la norme de progression monétaire par référence à l’agrégat M3, dans une fourchette de 7,5 à 8,5 %. Plusieurs arguments ont été fournis pour appuyer cette mesure. Il s’agit essentiellement de prendre en compte l’objectif de consolidation de la stabilité des prix, objectif principal de la banque en la matière.
Au menu de cette 207ème réunion de la Banque centrale, les perspectives de réaménagement du cadre opérationnel de la politique monétaire ont également été examinées. Dans ce sens, les différents intervenants ont mis en évidence les différents changements enregistrés à ce niveau, notamment l’évolution de l’environnement législatif et réglementaire du champ financier et monétaire, que ce soit au niveau national qu’international.
Dans cette même optique, le Conseil de Bank Al-Maghrib a agréé l’élargissement des instruments d’intervention de la banque aux opérations de pension. Une mesure qui met les prérogatives de Bank Al Maghrib au diapason des changements monétaires opérés dans le monde. Les membres de Bank Al Maghrib se sont également concentrés sur le bilan de la politique monétaire appliquée tout au long de l’année qui arrive à terme. Le document rendu public par l’institution bancaire met en exergue les différentes mutations que cette politique monétaire a connues durant les douze derniers mois dans notre pays. En premier lieu, signalons la baisse relative de la liquidité bancaire. A cet effet, le Conseil de la Banque centrale a choisi la voie de la sagesse puisqu’il a décidé, dans la situation actuelle, de maintenir inchangé le taux directeur de la banque, tout en continuant à suivre de près les évolutions futures des principaux indicateurs économiques et financiers, comme l’explique la même source.
Des décisions qui ne pourraient engendrer aucun bouleversement en ce qui concerne les différentes opérations bancaires et financières au Maroc. Lors de cette même réunion, le Conseil de Bank Al- Maghrib a également procédé à l’adoption de son budget pour l’exercice 2006. Un budget qui sera notamment consacré à la poursuite des actions de modernisation et de mise à niveau de l’institution.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *