Banque : La Caisse des dépôts soutient la Société Générale

Le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), Augustin de Romanet, a annoncé lundi que l’établissement public avait participé à l’augmentation de capital de la Société Générale, jugeant les projets de cette dernière «créateurs de valeur», dans un entretien aux Echos. La CDC a participé à cette augmentation de capital de 5,5 milliards d’euros «  à un niveau très légèrement supérieur» à sa quote-part, a indiqué M. Romanet. « Nous avons en effet estimé que les projets de la Société Générale justifiant cette augmentation de capital étaient créateurs de
valeur », a-t-il ajouté.
La SocGen a bouclé cette opération le 29 février, mais ses résultats ne devaient pas être connus avant mardi 11 mars. La CDC détenait jusqu’à présent 2,03% du capital de la banque française. Alors que la ministre de l’Economie Christine Lagarde a dit «réfléchir» à l’idée de faire de la CDC un «fonds souverain», M. de Romanet a estimé que son institution avait « des points communs avec les fonds souverains, notamment le sens du long terme ». «Mais nous avons aussi des différences qui tiennent à l’utilisation et à l’origine de nos ressources», a-t-il ajouté.
Par ailleurs, M. Romanet a indiqué que la CDC, qui détient déjà 8,5% d’Eiffage, pourrait reprendre une «petite part» de la participation détenue par Sacyr dans le groupe de BTP français. «Nous ne menons pas les discussions, et si nous devions participer à la reprise des actions d’Eiffage détenues par Sacyr, ce ne serait qu’une petite part», a-t-il assuré. Le quotidien Les Echos avait indiqué début février que le groupe de BTP espagnol négociait avec des institutionnels français pour leur céder les 33,32% qu’il détient dans Eiffage.
Sur CNP Assurances, qui fait l’objet de convoitises de la part d’Axa ou de Groupama, M. de Romanet a répété: « Nous ne sommes pas vendeurs». La CDC détient 40% du capital du premier assureur français de personnes. Enfin, «nous examinons actuellement la proposition d’investissement dans Latécoère», l’équipementier aéronautique français, a déclaré Augustin de Romanet.
Latécoère, encore de taille modeste comparé à son rival américain Spirit, doit doubler de taille en reprenant les usines Airbus de Méaulte (Somme) et de Saint-Nazaire ville (Loire-Atlantique) en France. M. de Romanet suggère de « prendre des initiatives comparables» à ce qui s’est fait aux Etats-Unis, où Spirit «a fédéré un ensemble de sous-traitants aéronautiques». Latécoère fabrique des aérostructures (tronçons de fuselage et portes) et des câblages. Il fournit Airbus, Boeing, Dassault et les groupes canadien Bombardier et brésilien Embraer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *