Banque Mondiale/Maroc : de nouveaux partenariats se profilent

Banque Mondiale/Maroc : de nouveaux partenariats se profilent

La Banque mondiale continuera à soutenir le Maroc et à l’accompagner dans son développement. En effet, le Groupe de la Banque mondiale et le gouvernement marocain ont lancé la préparation de leur nouveau Cadre de partenariat stratégique (CPS) pour la période 2014-2017.

Aussi, la nouvelle stratégie de partenariat définira les priorités de développement du Royaume et les domaines sur lesquels le Groupe de la Banque mondiale concentrera son appui, qu’il soit financier, technique ou analytique, indique un communiqué de l’institution financière mondiale.

Le nouveau cadre de partenariat vise à «assurer au gouvernement du Maroc l’appui de la Banque Mondiale dans sa poursuite d’une société plus ouverte à travers une promotion de davantage d’opportunités économiques et sociales pour tous les Marocains». C’est ainsi que la préparation du nouveau CPS a pour principale mission de «redéfinir les priorités de développement du pays au vu du nouveau contexte politique et économique tout en se conformant à la nouvelle stratégie de la Banque mondiale dans la région MENA». Aussi, tout en continuant à offrir son appui financier et technique, la Banque mondiale tentera de diversifier et de rééquilibrer la composition de son portefeuille pour ce prochain mandat.

À noter que la réalisation du CPS suppose la mise en œuvre d’un processus participatif impliquant acteurs gouvernementaux, société civile, et tout autre partenaire de développement, tels que le secteur privé et la communauté des bailleurs, pour aider à définir les priorités sur lesquelles la coopération entre la Banque et le Maroc devra se concentrer pendant la période de son mandat.

Dans ce cadre, des consultations élargies seront menées avec les différentes parties prenantes dans le domaine du développement, pour discuter et aider à définir les domaines de cet appui, précise la même source. Par la suite, les résultats de ces consultations permettront d’alimenter le document final du CPS, en coordination avec la contrepartie gouvernementale marocaine, avant d’être présenté au conseil d’administration de la Banque mondiale en février 2014.

Pour rappel, la mise en œuvre du dernier CPS, couvrant la période 2010-2013, s’est concentrée sur trois piliers stratégiques. Le premier a concerné la croissance, la compétitivité et l’emploi, le deuxième a porté sur la prestation de services aux citoyens et le troisième avait trait au développement durable dans un climat en pleine évolution, avec deux axes transversaux qui sont la gouvernance et la territorialité. Aussi, au cours du mandat du CPS qui s’achève, l’enveloppe annuelle moyenne des prêts consentis a varié entre 500 et 700 millions de dollars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *