BCP : Un résultat net consolidé de plus de 2,6 milliards de dirhams

BCP : Un résultat net consolidé de plus de 2,6 milliards de dirhams

Le Groupe est parvenu à tirer son épingle du jeu

Malgré une conjoncture économique peu favorable, la Banque centrale populaire a réalisé de bonnes performances financières. S’appuyant sur les réalisations de l’ensemble de ses lignes métiers, le résultat net part du Groupe a enregistre une croissance significative de 5,3% et s’établit à plus de 2,6 milliards de dirhams. «Ces performances traduisent la pertinence des choix stratégiques du Groupe ainsi que la résilience de son modèle économique», a commenté Mohamed Benchaaboune, président du groupe, lors de la présentation jeudi des activités et résultats arrêtés au 31 décembre 2016. Le Produit net bancaire du groupe a, quant à lui, évolué de 310 millions de dirhams.

Rappelons que le taux de bancarisation au Maroc de 70% est le plus élevé en Afrique, le président a souligné que la banque réaffirme son positionnement de premier collecteur de l’épargne nationale avec une hausse de 4% des dépôts. Elle s’appuie sur un réseau de proximité comptant 1.422 agences auxquelles s’ajoutent 2.603 points de distribution. Le groupe capte en 2016 un tiers de l’épargne nationale additionnelle des particuliers locaux et améliore sa part de marché de 56 points de base. Sur le marché des Marocains du monde, le groupe enregistre une progression de 6% des dépôts correspondant à près de 60% de la croissance du marché. La banque maintient son niveau de contribution au financement de l’économie nationale et enregistre une croissance de la distribution des crédits. La BCP réalise en 2016, sur le plan de ses comptes sociaux, une forte progression de son PNB de +11,9%, à 5,9 milliards de dirhams.

A l’international, la BCP est parvenue à tirer son épingle du jeu. L’exercice 2016 a été caractérisé par la poursuite de la croissance des activités du groupe à l’international, contribuant à 16% du PNB contre 15% un an auparavant, notamment à travers sa filiale Banque Atlantique. Ainsi, les activités en Afrique subsaharienne réalisent une progression de 6% de leur Produit net bancaire, grâce à une nette appréciation de l’activité de collecte des dépôts et de distribution de crédits qui évoluent respectivement de 7 et 9%. Par ailleurs, le groupe réaffirme son ambition de développement à travers la poursuite de l’extension de son empreinte sur le continent. L’année 2016 a ainsi connu l’ouverture d’une première succursale de la Banque Atlantique en Guinée-Bissau, ce qui permet au groupe de couvrir désormais l’ensemble des pays de la zone UEMO. Par ailleurs, le groupe réaffirme sa politique «prudente» de provisionnement avec un taux de couverture des risques à plus de 76% contre 73% l’an dernier et affiche des ratios prudentiels qui restent nettement supérieurs aux exigences réglementaires. Le groupe a notamment constitué en 2016 une provision pour risques généraux de 317 millions de dirhams et poursuit le provisionnement au titre du risque pays. Il dispose, en outre, d’un fonds de soutien dont l’encours a été alimenté pour se situer à 3,2 milliards de dirhams au 31 décembre 2016, contre 2,6 milliards de dirhams à fin 2015. Cette politique, «toujours prudente, assure le renforcement de la solidité financière du groupe et de sa cohésion interne», se félicite le comité directeur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *