Benkirane : «Nous ne spéculons pas»

Benkirane : «Nous ne spéculons pas»

Aujourd’hui Le Maroc : Vous communiquez aujourd’hui autour de votre projet de la Cité du film, tout en sachant que vous n’avez pas encore signé de convention avec l’Etat. Pourquoi ce retard ?
Ahmed Benkirane : Ce projet sur lequel nous avons commencé à travailler depuis deux ans doit passer par diverses étapes. Notre plan est bien structuré, nous avons bien réfléchi au projet, cependant, le problème, c’est la difficulté à trouver du foncier. Tout le monde sait que le régime du foncier au Maroc est très compliqué. Pour résoudre ce problème, nous avons besoin de beaucoup de temps. Il y a également une autre raison à ce retard. Il y avait en permanence un benchmarking de la part des pays du pourtour méditérannéen sans les citer, ces pays ont dit aux membres de l’entreprise que ce n’était pas la peine de faire le projet au Maroc et qu’ils étaient prêt à signer. Mais nous n’avons pas voulu, après étude de la proposition, nous avons su qu’il y avait un risque que le projet tombe à l’eau à cause de certaines instabilités.

La signature de la convention est prévue pour quelle date ?
Nous espérons signer cette convention en janvier 2007. En tout cas, nous sommes prêts pour le faire. Mais nous ne sommes pas encore arrivés à faire aboutir les négociations avec le gouvernement marocain. Ce même gouvernement, à travers les institutions concernées,
doit prendre son temps pour étudier notre projet. Le problème, c’est que lorsque les concernés entendent certaines voix qui taxent ce projet de spéculation foncière, c’est normal qu’il y ait de l’hésitation.

Mais ne pensez-vous pas que les ambitions affichées par l’entreprise Tritel que vous présidez laissent croire que c’est un projet plutôt à buts touristique et commercial que culturel ?
Notre objectif n’est pas de faire de la spéculation foncière. Nous sommes fermement attachés à ce projet qui est l’idée du fondateur Castro Khatib, qui est issu d’une famille libanaise est un féru de cinéma. Je me suis associé avec lui et ses autres partenaires. Nous sommes prêts à déployer tous les moyens nécessaires pour faire aboutir notre projet et à le sécuriser.

Quels sont vos  partenaires dans ce projet de la Cité du film à Marrakech ?
Notre société qui a, un capital de 50 millions de dollars a déjà levé des fonds de 400 millions de dollars, mais le projet est tellement coûteux que nous faisons appel à des partenaires marocains et étrangers.
Parmi ces partenaires, nous citerons ,en l’occurrence, des banques françaises et marocaines et aussi de grandes entreprises hôtelières.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *