Betterave à sucre : Environ 64% de la quantité livrée réceptionnée à l’usine

Betterave à sucre : Environ 64% de la quantité livrée réceptionnée à l’usine

La superficie livrée avoisine, au 16 mai 2017, les 40% de la superficie arrachée qui est estimée à 455.757 tonnes livrées. 80% de ce volume a été arraché de façon mécanique.

La campagne de betterave à sucre se déroule dans de bonnes conditions. A quelques semaines de sa fin, la direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat note d’importantes avancées. La superficie livrée avoisine, au 16 mai 2017, les 40% de la superficie arrachée qui est estimée à 455.757 tonnes livrées. 80% de ce volume a été arraché de façon mécanique. Pour la même date, la quantité réceptionnée à l’usine issue de l’opération d’arrachage mécanique dépasse les 290.768 tonnes pour une superficie de 4.473 hectares. Ceci réfère à un taux de 64% de la quantité totale livrée. «Nous avons commencé très tôt cette année et dans de bonnes conditions. Nous avons voulu anticiper les choses surtout avec les problèmes de pourritures que nous avons constatés lors de la campagne précédente. C’est pourquoi nous avons commencé le labour le 4 avril et ce pour la première fois», nous explique Abderrahmane Naili, directeur régional de l’agriculture au niveau de la région de Casablanca-Settat. En effet, la betterave à sucre est l’une des filières agricoles les plus importantes de la région. Elle couvre environ 40% de la production nationale et ne cesse de battre des records.

Au titre de la campagne agricole en cours, des performances record ont été observées, soit des rendements dépassant les 85 tonnes par hectare contre 73 tonnes par hectare une campagne auparavant. De même la production a presque doublé ces cinq dernières années. La superficie a pour sa part augmenté de 10%. On note dans ce sens 18.900 hectares profitant à 20.000 agriculteurs. La production de la région en sucre est passée de 113.000 tonnes réalisée  en 2013, 187.000 tonnes en 2015 à 230.000 tonnes en cette année.

«Nous espérons continuer sur cette lancée. Déjà sur une production prévisionnelle de 1,6 million de tonnes nous avoisinons aujourd’hui les 500.000 tonnes. Le démarrage a été relativement difficile du fait que nous avons constaté un taux d’impureté relevé. Et pourtant nous sommes dans les normes, atteignant pratiquement les objectifs que nous nous sommes fixés», précise M. Naili. Cette dynamique est tirée principalement par l’effort de la mécanisation qui a contribué à la performance de la culture de la betterave à sucre.  L’arrachage mécanique a de grands avantages préservant ainsi la qualité de la production. Le tout est conjugué aux potentialités hydriques de la région, au grand savoir-faire des agriculteurs et à la coordination constante des partenaires concernés. Notons que la valorisation de la betterave est réalisée dans la zone des Doukkala. Ceci est assuré par l’usine de sucre «Cosumar» à Sidi Bennour dotée d’une capacité  de production de 15.000 tonnes par jour pouvant même atteindre 18.000 tonnes/jour pendant le pic de transformation.  Le Plan Maroc Vert a eu un  impact positif à la fois sur le secteur et la région, notamment au niveau de l’organisation de la filière à travers le système d’agrégation. Les performances réalisées d’ordre technique et de rendements sont le fruit des efforts consentis par les différents partenaires dans la filière de la betterave sucrière. Citons dans ce sens l’Office régional de mise à valeur agricole des Doukkala (ORMVAD) qui assure le suivi, l’encadrement et la supervision des différentes opérations depuis le labour jusqu’à l’arrachage et la programmation des opérations de semis, la fourniture et la rationalisation de l’eau d’irrigation, fertilisation, traitement et arrachage ainsi que le suivi de la campagne agricole. Cosumar se charge pour sa part de fournir aux producteurs tous les facteurs de production, en l’occurrence les semences, les fertilisants, les produits phytosanitaires, la programmation des opérations de semis, d’arrachage et la mise à la disposition des agriculteurs des moyens logistiques pour le transport de leurs productions à l’usine, etc. L’association des producteurs de betterave à sucre se joint quant à elle à Cosumar et l’ORMVAD.

D’autres intervenants sont également à citer, à savoir la chambre d’agriculture et les autorités locales et provinciales. Rappelons que le comité technique régional de betterave à sucre est en train de préparer la campagne betteravière 2016-2017 afin de prendre les mesures nécessaires pour son lancement et son déroulement dans les bonnes conditions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *