Bilan prometteur pour les provinces du Sud: En 40 ans de développement…

Bilan prometteur pour les provinces du Sud: En 40 ans de développement…

Le Maroc a placé le développement de la région à la tête de ses priorités nationales, déployant de grands efforts pour combler les carences au niveau des infrastructures socio-économiques, réussissant en quelques décennies seulement à faire de la région Sud du Royaume un modèle sur le plan du développement durable et inclusif et ce, malgré les manœuvres des ennemis de l’intégrité territoriale.

Le social au cœur du développement

Un développement inclusif et des progrès considérables ont été accomplis dans tout le territoire du Sahara marocain comme en atteste le dernier rapport économique et financier annexé au projet de loi de finances 2016 qui indique que les provinces du Sud ont enregistré en 2013 le taux de pauvreté le plus bas à l’échelle nationale évalué à seulement 6,5% et aussi sur le plan des disparités sociales. De même, le document note de meilleures performances des régions du Sud du Royaume dans les domaines de l’encadrement pédagogique, les infrastructures scolaires dans le cycle primaire, les prestations sanitaires ou encore le logement. A ce titre, dans le domaine de l’éducation, la même source note que la région de Oued Eddahab-Lagouira a enregistré un taux de réussite de 64% au baccalauréat ainsi que le taux d’analphabétisme le plus bas, à savoir 12,5%, contre 12,8% dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra (selon l’ancien découpage administratif).

Un foisonnement économique important

Sur le plan économique, les provinces du Sud impressionnent par leur potentiel d’investissement, enregistrant les taux les plus élevés à l’échelle nationale en matière de création des entreprises entre les années 1998-2012 et ce, à hauteur de 15,4% pour Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, de 8,9% pour la région Oued Eddahab-Lagouira et de 6,1% pour la région de Guelmim-Smara. Le rapport note également des taux de progression élevés du produit intérieur brut par rapport aux autres régions des Royaume, avec respectivement 11,6% et 11,3% à Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et à Oued Eddahab-Lagouira. Un effort soutenu de développement auquel le secteur privé prend activement part comme en atteste l’annonce faite en mars dernier par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), à l’occasion de la tenue à Laâyoune de son Forum sur l’investissement dans les provinces du Sud. A la clé, le lancement de 60 projets d’une valeur totale de plus de 4,2 milliards de dirhams qui permettront la création de 10.000 nouveaux emplois dans les trois grandes régions de nos provinces du Sud et ce, dans les domaines de l’agroalimentaire, le BTP, les services, la pêche, la santé, le transport et l’immobilier.

Projet de loi de finances 2016 : Focus sur le Sud

Pour appuyer tous les efforts de développement en cours, le projet de loi de finances 2016, en discussion au parlement, consacre un important budget pour les investissements dans les provinces du Sud comme en témoignent les chiffres. Il s’agit de budgets de 2,479 milliards de dirhams contre 2,314 milliards de dirhams en 2015 pour la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, 1,4 milliard de dirhams contre 1,29 milliard de dirhams pour la région de Guelmim-Oued Noun et 670 millions de dirhams contre 629 millions de dirhams en 2015 pour la région de Dakhla-Oued Eddahab.
 

Le CESE voit grand pour les provinces du Sud

Le nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud conçu par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) contribuera certainement à nourrir la dynamique de développement que connaît la région, en aidant à identifier les dysfonctionnements grâce à une démarche participative qui repose sur quatre axes principaux.

Il s’agit de la promotion d’un développement humain durable et inclusif, la participation de tous les intervenants et des populations à l’élaboration et la mise en œuvre des projets de développement, le respect des droits de l’Homme ainsi que la consolidation du rôle de l’Etat en tant que garant du respect de la loi.

Ce modèle de dernière génération vise, d’ici 10 ans, à doubler le produit intérieur brut dans les provinces du Sud et à créer plus de 120.000 nouveaux emplois, pour réduire de 50% le taux de chômage des jeunes et des femmes, tout en veillant à améliorer la connectivité des régions du Sud pour favoriser leur intégration dans le vaste bassin économique maritime allant de la côte nord du pays à celle de l’Afrique de l’Ouest et des îles Canaries. S’y ajoute l’ambition d’atténuer les disparités sociales et de lutter contre les précarités pour élargir l’assise de la classe moyenne.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *