Billetterie : les agences protestent

Billetterie : les agences protestent

Les agences de voyage sont en colère. Et c’est le moins que l’on puisse dire. Les responsables de leur fédération ont tenu de nombreuses réunions et même une conférence de presse pour clamer haut et fort leur désapprobation du nouveau modèle économique de distribution mis en place par la Royal Air Maroc depuis le 1er novembre et dont lequel la composante tarifaire liée à la prestation de service au client (choix des vols, information, réservation, suivi des dossiers…) sera facturée séparément.
Ainsi, le coût total du voyage fera désormais apparaître les éléments suivants : le prix du transport aérien ainsi que les taxes et redevances aéroportuaires matérialisés par le billet d’avion. En vertu de ce nouveau modèle, les frais de service sont désormais matérialisés par une facture soit par un coupon additionnel.
En outre, la compagnie nationale a mis en place une grille de frais de service hors taxes qui est déjà appliquée dans ses bureaux de vente. Selon la RAM, ce nouveau modèle offrira au client final plus de visibilité sur le coût de son achat, puisque le prix du transport (y compris les taxes et redevances) sera dissocié des frais de service. Un avis que les agences de voyage sont loin de partager. Pour eux, ce nouveau modèle entraînera certainement des réductions de leurs chiffres d’affaires.
Une baisse qui concernera particulièrement la haute contribution. Il entraînera également une dérégulation des pratiques commerciales en plus d’un dumping qui ne manquera pas de pénaliser le secteur. Les agenciers craignent, en outre, une concurrence de plus en plus grande des agences de la compagnie nationale, surtout auprès des sociétés et des administrations. Les répercussions seront encore plus néfastes pour le client qui, selon la fédération des voyagistes, souffrirait d’une augmentation du prix en payant des frais de service en sus, alors qu’il n’aurait pas un choix significatif. Bref, la fédération des agences de voyages craint tout bonnement la fermeture pure et simple de plus d’une agence et ce que cela entraînera en suppression de postes d’emploi. Et pour défendre leurs intérêts, les agenciers sont même prêts à pousser la bataille jusque devant les tribunaux.
En effet, la Fédération nationale des agences de voyages a décidé de porter l’affaire en justice en déposant des plaintes individuelles contre six compagnies aériennes. En tête de liste arrive bien évidemment la compagnie nationale RAM. Les autres plaintes de la fédération viseront Air France, Iberia, British Airways, Alitalia et SN Brussel. Mais ce n’est pas tout. La fédération des agences de voyages, en plus de cette action en justice, mènera la bataille sur un autre front en commençant à privilégier progressivement sur les destinations asiatiques (tickets à haute contribution). Des mesures qui bénéficient largement à des compagnies aériennes opérant au Maroc comme Tunisair et Saudia Airlines, lesquelles n’ont pas appliqué le modèle économique. En somme, la bataille ne fait que commencer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *