BlackBerry : les négociations avec RIM progressent

BlackBerry : les négociations avec RIM progressent

Les négociations entre les Emirats Arabes Unis et le fabricant canadien du téléphone multifonctions BlackBerry progressent et une solution évitant la suspension des services de ce téléphone pourrait être trouvée, a indiqué un responsable. «Nous sommes en négociations avec Research in motion (RIM) et nous faisons de bons progrès. Nous espérons parvenir à une solution bientôt», a déclaré l’ambassadeur des Emirats aux Etats-Unis, Youssef al-Otaiba, cité mercredi par le quotidien Khaleej Times. Interrogé si la solution pourrait être trouvée avant le 11 octobre, date à laquelle est prévue la suspension des principaux services de BlackBerry, il a répondu: «je l’espère». Pour sa part, un porte-parole de l’Autorité de contrôle des télécommunications (TRA) émiratie a dit au même journal que les pourparlers n’avaient pas encore abouti. «Nous ne sommes pas encore parvenus à une solution. Si nous n’aboutissons pas à une solution avant le 11 octobre, nous maintiendrons la décision» de suspendre les services de BlackBerry, a-t-il dit. Washington avait annoncé le 5 août des discussions entre experts américains et émiratis pour tenter de résoudre le conflit. Les Emirats, centre d’affaires du Golfe, avaient décidé de cette suspension en arguant de «problèmes de sécurité». Ces appareils, selon les experts, ont un niveau de cryptage des données qui rend très difficile la surveillance de leurs utilisateurs. Le nombre d’utilisateurs de BlackBerry dans cette riche monarchie pétrolière du Golfe est estimé à environ 500.000 sur une population de quelque 6 millions. L’Arabie Saoudite avait annoncé la semaine dernière le maintien du service messagerie de BlackBerry et la poursuite des discussions sur le cadre réglementaire lui permettant de surveiller le contenu des échanges sur ce téléphone multimédia ultra sécurisé. RIM a toujours nié offrir des solutions spécifiques aux pays souhaitant accéder à des données cryptées. Mais le Wall Street Journal a affirmé samedi que RIM collaborait avec le gouvernement indien pour permettre une surveillance des données échangées par les utilisateurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *