BMCE Capital : Les analystes préconisent d’«accumuler» la valeur ONA

BMCE Capital : Les analystes préconisent d’«accumuler» la valeur ONA

La valeur ONA a de beaux jours devant elle. Étant donné que «le groupe devrait retrouver sa vitalité d’antan, et renouer à partir de 2010 avec des niveaux de rentabilité et de marges fortement améliorées grâce précisément à la montée en régime des relais de croissance et au re-dimensionnement présagé de son pôle industriel», commente BMCE Capital Bourse dans une étude récente dans laquelle elle brosse le potentiel de la valeur du premier groupe privé au Maroc. Dans ce sens, les analystes de la filiale de la BMCE appuient leur recommandation précédente sur cette valeur en préconisant de l’accumuler dans les portefeuilles. Sur la ligne de ses perspectives, le holding entend faire tourner à plein régime ses métiers en difficulté, notamment après l’entrée en vigueur, dès 2012, de la phase finale des accords de libre-échange permettant l’ouverture de  l’économie marocaine.
Dans une première étape, entre 2007 et 2009, l’ONA vise la continuité du développement des axes d’activité stratégiques.  il sera également question de «consolider son positionnement sur la distribution au Maroc et en Afrique, notamment après la prise de contrôle total des chaînes Marjane et Acima. Ces dernières devraient bénéficier, pour les années à venir, d’une accélération du rythme des ouvertures avec 3 Marjane et 12 Acima par an». De plus, la groupe table sur un développement accru à l’international de sa filiale de banque Attijariwafa bank, notamment en Europe, en Tunisie et en Afrique de l’Ouest, au Sénégal où des pourparlers sont avancés pour l’acquisition de la CBAO et au Niger où des négociations seraient en cours pour la reprise de la BIA.S’agissant de sa filiale minière, l’ONA compte optimiser le portefeuille des couvertures de Managem, pour  profiter de l’évolution favorable des cours des métaux de base sur les marchés internationaux.Autre objectif. La montée en puissance progressive des relais de croissance, notamment dans les télécoms et les utilities. Puisque, suite à l’obtention en juillet 2006 de la licence 3G, WANA devrait à moyen terme être en mesure de drainer un flux d’affaires significatif pour le Groupe ONA. De même, NAREVA examine les opportunités de développement de centrales électriques. Sans oublier un autre vecteur et non des moindres, celui de l’immobilier, sur lequel le holding prévoit de raffermir son positionnement par «le ciblage de projets de grande envergure», souligne la même source, qui rappelle que «le Holding poursuit la commercialisation des projets immobiliers (Amelkis et Cabo Négro) et se trouve en phase d’achèvement des études avant projet de Bahia Bouznika et AMELKIS III».
Par ailleurs, et à partir de 2007, Marona «devrait bénéficier du changement de management opéré en 2006, lequel est chargé de re-dimensionner la flotte de pêche et d’insuffler une nouvelle vision à la société», commentent les analystes de BMCE Capital.S’agissant des résultats financiers, ces analystes prévoient que «suite à la réalisation en 2007 d ‘une plus value de 678 MDH, sur la cession de la participation de 49% dans Axa Assurances Maroc, nous tablons pour le groupe ONA sur un résultat net part du groupe de 1.375 MDH, pour des revenus en expansion de 4,3% à 30.103,1 MDH».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *