BMCE Capital recommande d’accumuler le titre IB Maroc

L’action IB Maroc se porte bien. C’est ce qu’annoncent les analystes de BMCE capital qui recommandent  d’accumuler le titre. Selon une évaluation de la BMCE Capital basée sur les méthodes d’actualisation des flux futurs et des comparables boursiers, le cours cible moyen est estimé à 416 dirhams, en décote de 9,4% par rapport au cours de 380 dirhams enregistré le 14 juillet 2008. Depuis son introduction en Bourse, en date du 10 juillet 2001, le titre IB Maroc cumule, d’après les analystes, un rendement boursier de 27,9% en date du 14 juillet 2008. Toutefois, son évolution peut-être scindée en deux principales phases. «La première se lie à une période de baisse du 10 juillet 2001 et au 11 décembre 2003, où le titre enregistre une contre-performance cumulée de 66,7%. La seconde concerne une phase haussière allant du 12 décembre 2001 au 14 juillet 2007, passant de 105 dirhams à 380 dirhams, soit un bond de 2,6x», précise-t-on de même source. Les analystes de BMCE Capital affirment en outre qu’IB Maroc a lancé un programme de rachat des actions depuis le 16 juin 2008, en vue de régulariser les cours, avec comme fourchette de cours entre 320 dirhams et 520 dirhams par action.
L’analyse en question annonce que par son orientation vers les services à plus forte valeur ajoutée, en l’occurrence le secteur des TIC, IB Maroc devrait tirer amplement profit de l’engagement général, autant des opérateurs privés que des administrations publiques, quant à l’informatisation des processus industriels et décisionnels. Sur le plan des projections financières, et au regard des éléments précités, les analystes de BMCE Capital tablent pour IB Maroc sur la réalisation d’un chiffre d’affaires de 234,5 millions dirhams en 2008, de 246,6 millions dirhams en 2009 et de 259,2 millions dirhams en 2010. À moyen terme, la société table sur une migration de la structure du chiffre d’affaires vers les services à plus forte valeur ajoutée. En effet, elle prévoit de porter la contribution de ces derniers à 50%.
Dans l’attente d’observer cette orientation dans les faits, les analystes ont maintenu la structure actuelle des revenus, ce qui explique la stabilisation des niveaux de marges prévisionnels retenus.
«Au niveau opérationnel, la société devrait générer un résultat de 29,3 millions dirhams en 2008 et de 30,3 millions dirhams en 2009, pour des marges d’exploitation respectives de 12,5% et de 12,3% et. Le résultat net devrait passer de 19,1 millions dirhams en 2008 à 21,2 millions dirhams en 2010, pour des marges correspondantes de 8,1% à 8,2% in fine», apprend-on de même source.
Fortement corrélé au développement socio-économique du Royaume, le secteur des TIC se positionne, selon les analystes de BMCE Capital, en tant que relais de croissance stratégique, bénéficiant d’un appui particulier de la part du gouvernement à travers une nouvelle stratégie baptisée e-Maroc. À cet effet, le gouvernement a mis en place un contrat-progrès 2006-2012 auprès des opérateurs privés du secteur représentés par l’APEBI (Association des professionnels des technologies de l’information).
Les mêmes analystes soulignent que ce programme vise principalement la réduction de la fracture numérique et le renforcement du positionnement du Maroc à l’échelle internationale. Dans ce cadre, le secteur a réalisé, d’après la source précitée, un volume d’affaires de 38,5 milliards dirhams en 2006 (dont 86% généré par les télécommunications) contre 34,7 milliards dirhams  en 2005. Sa contribution au PIB a, de ce fait, crû de 1,5 point pour s’établir à 6,5%.
Par ailleurs, et du fait notamment de la montée en puissance des activités offshoring, IB Maroc compte réactiver son centre de stockage installé à Mohammédia. Elle devrait également renforcer ses réalisations financières grâce aux nouveaux relais de croissance étrangers qui devraient commencer à générer des flux consistants à partir de 2009.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *