BNP-Paribas et GFI à Casashore

BNP-Paribas et GFI à Casashore

Deux nouveaux clients pour Casashore. Il s’agit de BNP-Paribas et GFI Informatique qui viennent de signer des mémorandums d’entente avec le gouvernement marocain, pour la création de centres de service dans les métiers de l’offshoring. Le montant global d’investissement de ces projets s’élève à 60 millions de dirhams.
Les mémorandums ont été signés, lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre, Driss Jettou, par le ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie Salaheddine Mezouar, et le ministre délégué chargé des Affaires économiques et générales, Rachid Talbi Alami avec les responsables de ces deux groupes jeudi dernier, à Rabat.
Pour BNP-Paribas, cette banque veut créer deux centres, à travers ses deux filiales, Mediha Informatique et BDSI, spécialisés dans le développement et la maintenance d’applications informatiques, le développement de progiciels et le pilotage et la mise en œuvre à distance d’exploitation informatique. Nécessitant un investissement de 45 millions de dirhams, ces deux centres permettront la création de 600 emplois directs.  Pour sa part, GFI Informatique annonce la création d’une société de services spécialisée dans l’offshore vers les pays francophones, GFI Maroc Offshore. Ce projet nécessite un investissement de l’ordre de 15 millions de dirhams et générera à terme 200 emplois. «L’offre offshore Maroc est convenable pour permettre une concurrence à l’égard de l’Inde. Le Maroc devrait devenir une plate-forme importante de nearshore» a noté Jacques Tordjman, président-directeur général de GFI informatique, lors d’une conférence de presse, vendredi 23 février, à Casablanca.
«Selon les différentes études, la part de l’offshore dans les services rendus par la plupart des grandes SSII européennes devrait dépasser les 20 % en 2008 et, dans certains cas, elle devrait même atteindre 50 %», selon M. Tordjman. Pour rappel, l’offshoring a été identifié comme l’une des filières fondamentales du programme Emergence. En misant sur ce domaine, le Maroc ambitionne d’occuper une position de leadership sur le nearshoring francophone et hispanophone. En effet, l’investissement global du projet Casashore dépasse les 3,7 milliards de dirhams et devra employer à termes 30 000 personnes. Sa contribution au PIB et à la balance commerciale, à horizon 2015, est estimée à environ 5 milliards de dirhams. Les premières livraisons sont attendues pour à la fin de cette année. «En principe, nos locaux seront livrés au mois de novembre prochain», a souligné le P-DG de GFI informatique.
«La qualité des infrastructures technologiques marocaines, la proximité avec l’Europe ainsi que l’existence d’un bassin de compétences pointues en ingénierie informatique ont été décisives dans le choix de notre pays», a ajouté Saloua Karkri-Belkeziz, administrateur directeur général de GFI Maroc, filiale à 100% de GFI informatique.
En plus des groupes de renommée internationale, les nationaux sont également intéressés par ce projet.  Il s’agit notamment de HPS, spécialiste marocain des solutions de paiements électroniques sécurisés ainsi que du cabinet d’audit et de conseil Masnaoui Mazars.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *