Bonne récolte des graines de tournesol

Pour la compagne 2000-2001, la quantité de graines de tournesols collectée était si importante, qu’elle a posé un problème de transport ferroviaire. Provocant ainsi un retard de livraison de près de 3 % du volume. Du moins si l’on en juge par les propos des responsables de la compagnie marocaine de commercialisation de produits agricoles (COMAPRA). Cette dernière a chiffré la production de tournesols à 59,36 millions de DH. A laquelle, il faut ajouter l’enveloppe octroyée par la Caisse de Compensation dans le cadre de la subvention de l’Etat de 45,56 millions de DH. Par ailleurs, selon le Ministère de l’Agriculture, le développement de la filière de recherche agronomique sur les oléagineux, n’a retenu que les graines de tournesols. Pour sa part, la Direction de la production végétale signale que la demande a atteint 395.000 durant l’année 2000. Eu égard à la situation, l’oléiculture doit prendre de l’avant. D’autant plus, que le pays dispose d’une oliveraie, s’étendant sur 550.000 hectares. Elle permet une production moyenne de 560.000 tonnes d’olives par an, soit 5 % de la production mondiale. Selon les dernières prévisions, la surface actuelle doublera, et sera d’ici 2010, à un million d’hectares. D’importantes mesures d’accompagnement veilleront à l’augmentation de la production, et ce à tous les niveaux de la filière. Ainsi, à cette échéance, la production d’olives arrivera à un tonnage de 1,77 million et celle de l’huile d’olive à 273 000 tonnes. Les recherches touchent, aussi bien à la production d’olives de table qu’à huiles. Les régions identifiées accueillant, des projet-pilotes, n’offrent pas une forte productivité. Il s’agit en l’occurrence de la région de Taounate, Marrakech, Taza, Sefrou, Meknès, Ouezzane, Chefchaouen, Khémisset et Khénifra. En effet, elle demeure faible et ne dépasse pas une demi tonne par hectare dans les zones bour et 1,5 tonne par hectare dans les surfaces irriguées. Toutefois, nombreuses sont les entraves auxquelles se heurtent le secteur. Ainsi, il reste à assainir le statut juridique des structures foncières, à éradiquer les variétés à faible rendement et les techniques rudimentaires. Côté chiffres : la production des graines a enregistré une augmentation édifiante. De 900 tonnes en 1960, elle a atteint durant la période 1998/1999, 12 000 tonnes. Au cours de cette même période, la consommation d’huiles végétales a suivi et atteint 12,7 kg par habitant. Par ailleurs, les conclusions émises par le conseil oléicole international soulignent le potentiel de développement du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *