Boulif rassure les entreprises

Boulif rassure les entreprises

Le ministre des affaires générales et de la gouvernance, M. Mohamed Najib Boulif, a assuré mardi que le gouvernement continuera à soutenir la compétitivité des entreprises sans porter atteinte aux équilibres fondamentaux du Maroc, en prenant en considération les fluctuations des cours mondiaux et les engagements internationaux du Royaume.

Lors d’une réunion avec les chefs d’entreprises industrielles et des représentants de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), en présence de M. Abdelkader Amara, ministre de l’Industrie, du commerce extérieur et des nouvelles technologies, et un représentant du ministère de l’Economie et des Finances, M. Boulif a assuré que le gouvernement comprend les inquiétudes des entrepreneurs et des industriels en général pour ce qui est de l’impact du système d’indexation partielle des prix des produits pétroliers liquides et la volatilité des cours en général sur la compétitivité des entreprises.

A cet égard, il a réitéré la détermination du gouvernement à soutenir le pouvoir d’achat des citoyens, à maîtriser les dépenses de compensation dans la limite des crédits ouverts et à appliquer les plans de soutien en faveur de certains secteurs comme le transport, notant qu’il y va de l’intérêt du Maroc que l’entreprise parvienne à maintenir sa compétitivité et améliorer la qualité de sa production industrielle, sans qu’elle ne soit pour autant contrainte à répercuter la hausse sur ses prix du fait de l’augmentation du coût de production, y compris les factures du carburant et d’électricité.

Il s’agit de dépasser les simples calculs liés à une hausse du prix d’une quelconque substance, mais plutôt de travailler dans un cadre global selon des programmes dont les résultats positifs devront se faire sentir à court et moyen termes, a-t-il souligné, assurant que le dialogue avec les instances et fédérations représentatives des professionnels et industriels restera ouvert pour étudier leurs préoccupations et examiner de concert avec eux la possibilité de trouver des solutions spécifiques, le cas échant, pour faire face à d’éventuels risques pour des filières industrielles déterminées.

Le ministre a appelé à réfléchir dans ce sens sur les moyens de développer le débat ouvert en la matière, qu’il s’agisse dans le cadre de comités conjointes réunissant des représentants du gouvernement et des fédérations du secteur industriel et de la CGEM, ou dans le cadre de comité sectoriels pour examiner les problèmes et les alternatives spécifiques à chaque secteur.(

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *