Bouregreg : Les Habous entrent dans la danse

Bouregreg : Les Habous entrent dans la danse

Le développement économique du pays n’est pas une priorité uniquement du département des Finances ou du Commerce et l’Industrie. Tout le monde devrait s’y mettre. L’exemple vient d’être donné par le ministère des Habous et des Affaires Islamiques. Propriétaire de près de 25% des terres concernées par le fameux projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg, le département d’Ahmed Taoufiq a accepté de sceller un partenariat d’un genre nouveau avec la société SABR Aménagement, filiale de la CDG. La cérémonie de signature a eu lieu, mercredi 27 octobre, à Rabat, en présence notamment du conseiller de SM le Roi, Abdelaziz Meziane Belfquih, ainsi que le wali de Rabat-Salé, Hassan Amrani et le wali-directeur général des Collectivités locales, Mohamed Hassar.
Il s’agit de mettre à la disposition de la société SABR Aménagement, chargée de l’aménagement de la vallée du Bouregreg, environ 380 hectares de terrains Habous.
« Les négociations entre les deux parties ont duré entre trois et quatre mois », a déclaré le DG de SABR Aménagement, Essakl Lemghari. Dès le départ, le ministère des Habous n’a pas manifesté son intention de vendre les terrains en question, pour la simple raison qu’il ne souffre d’aucun problème de trésorerie. D’où l’idée de mettre en place ce partenariat qualifié de « novateur ».
En clair, le ministère cède progressivement les 380 hectares à l’aménageur et, en contrepartie, il recevra, lorsque le projet sera totalement achevé, une indemnité d’occupation et des terrains et autres biens immobiliers (immeubles, hôtels…) d’une valeur équivalente. Le directeur des Habous, M. Dinia, a assuré que la formule de partenariat ainsi mise au point est entièrement conforme aux règles de la Charia’a islamique.
L’intérêt de ce partenariat est double. D’une part, la société SABR n’est pas tenue de débloquer des fonds pour l’achat de ces terrains. Et d’autre part, le ministère cède des terrains quasiment en friche pour récolter des terrains viabilisés.
Dinia a également précisé que le ministère a tout à fait le droit de céder les terrains Habous. Toutefois, « nous avons voulu greffer de nouvelles techniques de gestion et de valorisation des terrains Habous », a-t-il souligné.
En effet, seule une partie des terrains cédés à SABR Aménagement est actuellement mise en location à des particuliers et rapportent au ministère quelque 300.000 DH par an. Une étude a été réalisée dans le cadre de ce partenariat pour déterminer la valeur exacte des terrains injectés dans le projet. Cette consultation a fixé le prix de l’hectare à 250.000 DH. En d’autres termes, le ministère des Habous a ainsi participé dans le projet de l’aménagement de la vallée du Bouregreg à hauteur de 95 millions de DH.
Prévu sur une superficie de près de 4.000 hectares, ce projet prévoit la dépollution de l’eau du fleuve, la réhabilitation de l’espace écologique, la construction d’une marina fluviale, d’une île artificielle, construction d’une ligne de tramway…
En plus du ministère des Habous, la société SABR a entamé des négociations avec l’Administration des domaines publics, les municipalités de Rabat et de Salé, ainsi que des propriétaires particuliers qui possèdent au total 57% des terrains concernés par le projet.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *