Bourse : La tempête se déchaîne sur les Bourses d’Europe

Les Bourses mondiales dévissaient à nouveau jeudi, avec de lourdes pertes en Asie comme en Europe, les gros investisseurs touchés par la crise des prêts hypothécaires à risques aux Etats-Unis ("subprimes") s’étant mis à vendre massivement pour se renflouer.
Dans le sillage des clôtures en forte baisse en Asie, les Bourses européennes ont ouvert dans le rouge et reculaient fortement à la mi-journée. Vers 10h15 GMT, la Bourse de Londres perdait 2,67% à 5.946,10 points. La Bourse de Paris, en baisse de 2,65% à 5.298,48 points, a atteint vers 09h30 GMT son plus bas niveau de l’année. A Francfort, le Dax s’établissait à 7.268,43 points, en recul de 2,38%.
Dans le reste de l’Europe, le décrochage était le même: -3,21% à Stockholm, -2,80% pour le SMI à la Bourse suisse qui a atteint son plus bas niveau de l’année, -2,62% pour l’AEX à Amsterdam, -2,40% pour le Bel-20 à Bruxelles, -2,30% pour l’Ibex à Madrid et -2,06% pour l’indice S&P/Mib à Milan… L’Asie a connu une journée noire.
A Tokyo, deuxième place financière mondiale, l’indice Nikkei des principales valeurs a terminé en forte baisse de 1,99% à 16.148,49 points, son plus bas niveau depuis fin novembre, après avoir déjà dégringolé de 2,19% la veille. Le Nikkei cédé jusqu’à 3,74% en cours de séance.
Même la Bourse de Shanghaï, qui était restée insensible ces derniers temps, a accusé une forte baisse (-2,14%), contaminée à son tour par la crise alors qu’elle enchaînait les records.  Hong Kong a plongé de 3,3%, passant sous la barre des 21.000 points. A Séoul, l’indice Kospi a dégringolé de 6,93% en clôture, le recul le plus brutal de son histoire (-125,91 points). Comme ailleurs, les banques et les maisons de courtage y ont été les titres les plus malmenés. A Sydney, le groupe de prêts immobiliers australien RAMS a reconnu qu’il était incapable de se refinancer 5 milliards de dollars de dettes à la suite du resserrement du crédit aux Etats-Unis. La Bourse de Sydney a accueilli la nouvelle par un plongeon de 5% en cours de séance, avant de se ressaisir pour clôturer en baisse de 1,56%. La Bourse néo-zélandaise a de son côté perdu 1,18%. La panique s’est emparée de Manille, où l’indice composite s’est écroulé de 6,01% en clôture. Jakarta a fermé en repli de 5,9%, Taïpei de 4,56%, Singapour de 3,70%, Kuala Lumpur de 3,50% et Bangkok de 3,00%.
La Bourse de Bombay a pour sa part fermé en recul de 4,28%.
Même si la plupart des banques d’Asie sont jugées relativement peu exposées aux mauvaises créances américaines, certains fonds d’investissements impuissants à recouvrer des prêts "subprime" cherchent à compenser leurs pertes en vendant à tour de bras des actions en Bourse.
«Les fonds spéculatifs sont en train de déserter la région. Les marchés en Corée du Sud et à Singapour, où ces fonds sont très présents, sont sévèrement touchés. On en est arrivé au point où les investisseurs ont décidé de fuir», a affirmé Pong Teng Siew, analyste chez MIMB Investment Bank à Kuala Lumpur. La Banque du Japon a injecté jeudi 400 milliards de yens (2,5 milliards d’euros) dans le marché monétaire. Cette injection de fonds, la première depuis lundi, a été décidée pour répondre à une hausse de la demande de liquidités de la part des banques, qui a entraîné une hausse du taux d’intérêt au jour le jour. Mais cette décision n’a eu aucun effet sur le marché tokyoïte.
Mercredi, la Réserve fédérale américaine (Fed) avait injecté 7 milliards de dollars sur les marchés financiers pour faire face à la contraction du crédit aux Etats-Unis, où les banques se méfient de plus en plus des emprunteurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *