Bourse : La tempête se déchaîne sur les Bourses d’Europe

Les Bourses mondiales dévissaient à nouveau jeudi, avec de lourdes pertes en Asie comme en Europe, les gros investisseurs touchés par la crise des prêts hypothécaires à risques aux Etats-Unis ("subprimes") s’étant mis à vendre massivement pour se renflouer.
Dans le sillage des clôtures en forte baisse en Asie, les Bourses européennes ont ouvert dans le rouge et reculaient fortement à la mi-journée. Vers 10h15 GMT, la Bourse de Londres perdait 2,67% à 5.946,10 points. La Bourse de Paris, en baisse de 2,65% à 5.298,48 points, a atteint vers 09h30 GMT son plus bas niveau de l’année. A Francfort, le Dax s’établissait à 7.268,43 points, en recul de 2,38%.
Dans le reste de l’Europe, le décrochage était le même: -3,21% à Stockholm, -2,80% pour le SMI à la Bourse suisse qui a atteint son plus bas niveau de l’année, -2,62% pour l’AEX à Amsterdam, -2,40% pour le Bel-20 à Bruxelles, -2,30% pour l’Ibex à Madrid et -2,06% pour l’indice S&P/Mib à Milan… L’Asie a connu une journée noire.
A Tokyo, deuxième place financière mondiale, l’indice Nikkei des principales valeurs a terminé en forte baisse de 1,99% à 16.148,49 points, son plus bas niveau depuis fin novembre, après avoir déjà dégringolé de 2,19% la veille. Le Nikkei cédé jusqu’à 3,74% en cours de séance.
Même la Bourse de Shanghaï, qui était restée insensible ces derniers temps, a accusé une forte baisse (-2,14%), contaminée à son tour par la crise alors qu’elle enchaînait les records.  Hong Kong a plongé de 3,3%, passant sous la barre des 21.000 points. A Séoul, l’indice Kospi a dégringolé de 6,93% en clôture, le recul le plus brutal de son histoire (-125,91 points). Comme ailleurs, les banques et les maisons de courtage y ont été les titres les plus malmenés. A Sydney, le groupe de prêts immobiliers australien RAMS a reconnu qu’il était incapable de se refinancer 5 milliards de dollars de dettes à la suite du resserrement du crédit aux Etats-Unis. La Bourse de Sydney a accueilli la nouvelle par un plongeon de 5% en cours de séance, avant de se ressaisir pour clôturer en baisse de 1,56%. La Bourse néo-zélandaise a de son côté perdu 1,18%. La panique s’est emparée de Manille, où l’indice composite s’est écroulé de 6,01% en clôture. Jakarta a fermé en repli de 5,9%, Taïpei de 4,56%, Singapour de 3,70%, Kuala Lumpur de 3,50% et Bangkok de 3,00%.
La Bourse de Bombay a pour sa part fermé en recul de 4,28%.
Même si la plupart des banques d’Asie sont jugées relativement peu exposées aux mauvaises créances américaines, certains fonds d’investissements impuissants à recouvrer des prêts "subprime" cherchent à compenser leurs pertes en vendant à tour de bras des actions en Bourse.
«Les fonds spéculatifs sont en train de déserter la région. Les marchés en Corée du Sud et à Singapour, où ces fonds sont très présents, sont sévèrement touchés. On en est arrivé au point où les investisseurs ont décidé de fuir», a affirmé Pong Teng Siew, analyste chez MIMB Investment Bank à Kuala Lumpur. La Banque du Japon a injecté jeudi 400 milliards de yens (2,5 milliards d’euros) dans le marché monétaire. Cette injection de fonds, la première depuis lundi, a été décidée pour répondre à une hausse de la demande de liquidités de la part des banques, qui a entraîné une hausse du taux d’intérêt au jour le jour. Mais cette décision n’a eu aucun effet sur le marché tokyoïte.
Mercredi, la Réserve fédérale américaine (Fed) avait injecté 7 milliards de dollars sur les marchés financiers pour faire face à la contraction du crédit aux Etats-Unis, où les banques se méfient de plus en plus des emprunteurs.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *