Bourses : le scénario de la consolidation se précise

Depuis que l’opérateur paneuropéen Euronext a renoncé à négocier avec le LSE, son mariage avec la Bourse de Francfort est l’hypothèse la plus probable, une alliance avec des places plus petites comme Milan restant une alternative. La Bourse de Francfort , selon le Financial Times, a fait cette semaine de nouvelles propositions de fusion , éliminant le risque de monopole sur les activités de règlement/compensation, alors que des actionnaires communs aux deux opérateurs les poussent vers un rapprochement. Euronext doit présenter ses options à son assemblée générale le 23 mai. Parallèlement, une alliance transatlantique se profile entre Londres et New York, même si le marché nordique OMX, qui a déjà tenté de se rapprocher de Londres en 2000, vante la logique d’une alliance avec le LSE, en soulignant ses "opportunités" dans les discussions en cours. Le Nasdaq a frappé fort mercredi en montant à 24,1% du capital du LSE. Reste à savoir s’il se contentera de cette minorité de blocage , qui force tout candidat au rachat de la place londonienne à négocier d’abord avec lui, en particulier le New York Stock Exchange (NYSE), qui lorgne aussi l’Europe. Ou s’il fera une nouvelle offre, bien que le LSE coûte désormais 4,5 milliards d’euros, soit un tiers de plus que lors de sa première approche en mars. "Il serait étrange de prendre une participation aussi importante sans avoir de grands projets", estime Justin Bates de Numis Securities. Bob Greifeld, le patron du Nasdaq , a réclamé en tout cas des discussions "constructives" avec son homologue du LSE, Clara Furse. A court terme, le marché électronique américain pourra déjà empocher une partie des revenus de la Bourse de Londres , qui, comme d’autres, enregistrent actuellement une très forte croissance, qui n’est pas pour rien dans la course à la consolidation. Le bénéfice net d’Euronext a bondi de 137% au premier trimestre et le LSE, première Bourse européenne avec 2.720 milliards d’euros de capitalisation totale, a vu la valeur moyenne de ses échanges quotidiens bondir de 52% en avril, comparés à un an plus tôt, selon des chiffres publiés cette semaine…    

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *