Brahim Chamar: «Les écosystèmes ont porté leurs fruits dans plusieurs secteurs»

Brahim Chamar: «Les écosystèmes ont porté leurs fruits  dans plusieurs secteurs»

Entretien avec Brahim Chamar, directeur infrastructures – produits industrie et bâtiment à Fenie Brossette

Ils sont nombreux à croire aux capacités du Maroc et surtout en sa stabilité sécuritaire. Chose qu’ils ne trouveront pas chez les pays voisins. Tous ces points animent notre optimisme. Nous espérons que la dynamique reprendra de plus belle.

ALM : Fenie Brossette est un acteur reconnu des travaux publics au niveau national. Comment évaluez-vous
la conjoncture actuelle de l’industrie marocaine ?

Brahim Chamar : La conjoncture est relativement difficile. Bien que nous constations une baisse ces dernières années nous restons optimistes. Le Maroc suscite un grand intérêt pour plusieurs investisseurs étrangers. Ils sont nombreux à croire aux capacités du Maroc et surtout en sa stabilité sécuritaire. Chose qu’ils ne trouveront pas chez les pays voisins. Tous ces points animent notre optimisme. Nous espérons que la dynamique reprendra de plus belle. Il n’y a pas de raison que la reprise ne se confirme pas car comme j’ai précité, le Maroc a tous les atouts nécessaires. Plusieurs portes sont ouvertes aux investisseurs locaux et étrangers qui souhaitent investir au niveau national. Ces opportunités sont clairement mises en relief dans la vision industrielle du Maroc.

En effet, la vision industrielle du Maroc a franchi un nouveau cap de sa mise en œuvre, notamment avec l’instauration des écosystèmes compétitifs. Quelle lecture faites-vous de cette dynamique ?

Je pense que la partie des écosystèmes a porté aujourd’hui ses fruits et ce sur plusieurs secteurs. Citons dans ce sens l’aéronautique et l’automobile qui ont prouvé la pertinence de cette vision. Cette démarche aidera l’ensemble des industriels à aller beaucoup plus de l’avant et assurer la croissance que tout le monde souhaite, à savoir une croissance génératrice d’emploi et de richesse pour le pays.

Vous comptez à votre actif plus de 80 ans de présence au Maroc et  plus de 20 métiers. Comment déployez-vous cette polyvalence au service de l’industrie nationale ?

En effet, nous sommes un opérateur très polyvalent. Nous opérons sur plusieurs secteurs dont le bâtiment et travaux publics (BTP) et l’énergie. Cette polyvalence nous permet d’avoir une idée générale sur tout ce qui se passe sur le marché et en l’occurrence participer aux grands chantiers du Maroc.

Qu’en est-il des écosystèmes ?

En ce qui concerne les écosystèmes nous travaillons avec plusieurs opérateurs dans deux segments. Dans l’automobile nous participons à plusieurs activités. Nous avons équipé plusieurs sous-traitants internationaux qui sont venus s’installer autour de la nouvelle usine de Peugeot Citroën à Kenitra. De même, nous avons équipé plusieurs opérateurs industriels étrangers en solution de rayonnage. D’ailleurs nous sommes leader dans ce secteur. Nous assurons également l’approvisionnement industriel pour les sous-traitants de l’usine Renault et dans le futur pour l’usine Peugeot Citroën. Quant au BTP, nous proposons aujourd’hui plusieurs solutions, notamment pour tout ce qui est coffrage et échafaudage. Depuis une année nous avons commencé une aventure toute récente avec un opérateur industriel italien avec qui nous avons scellé un partenariat relatif à l’activité coffrage. Nous proposons, dans ce sens, à nos partenaires des solutions adaptées et complètes allant de la partie conception-étude jusqu’à la mise en service et accompagnement sur le chantier. Le fait de proposer une solution complète nous distingue sur le marché. 

Fenie Brossette est également partie prenante dans des projets structuraux au Maroc…

Effectivement, nous sommes présents sur plusieurs chantiers. Nous sommes en train de finaliser le projet de la Marina de Tanger. Nous avons également commencé à livrer le chantier du port de Nador, et ce après celui de Tanger Med. Nous étions également un acteur majeur dans d’autres projets réalisés, notamment la Mosquée Hassan II et la Tour de Maroc Telecom qui est actuellement une référence à Rabat. De même, nous avons pu réaliser toutes les solutions d’échafaudage de la Marina de Casablanca. Nous opérons aussi dans l’éclairage public et nous accompagnons également nos clients dans la réalisation de leurs projets hors Maroc particulièrement en Afrique.

Où vous positionnez-vous à l’échelle continentale ?

Nous avons installé deux filiales depuis 2014 en Côte d’Ivoire et en Mauritanie. Nous sommes très satisfaits de leur rendement. Ces filiales s’inscrivent dans une démarche de partenariat Sud-Sud initié par le Souverain. Nous accompagnons ainsi les opérateurs marocains installés dans ces deux pays et pays limitrophes. Notons qu’à travers la filiale de la Côte d’Ivoire nous pouvons servir toute l’Afrique de l’Ouest.

Comment se décline la feuille de route de Fenie Brossette à court et moyen termes ?

Nous œuvrons à consolider les métiers historiques sur lesquels nous sommes présents depuis maintenant plus de 80 ans, en l’occurrence l’échafaudage et l’éclairage public. Sur l’éclairage aujourd’hui nous sommes sur une nouvelle démarche. Nous proposons des solutions nouvelles, notamment pour le LED, ce qui permettra aux villes de gagner en efficacité énergétique et réduire leurs factures et émissions en CO2. C’est une démarche nouvelle que nous entreprenons depuis 2 ans. Les communes commencent à y croire, les régies aussi. Nous mesurons dans ce sens des résultats tangibles particulièrement à Casablanca, Tanger et Salé où des solutions sont d’ores et déjà installées.

La sécurité dans les chantiers est un souci majeur pour les industriels. Comment répondez-vous à cette problématique ?

Il est utile de souligner que notre activité est intimement liée à la sécurité dans les chantiers, notamment lorsqu’il s’agit d’échafaudage. Nous misons beaucoup sur la sécurité et nous essayons de la mettre en valeur non seulement auprès de nos équipes mais également dans les chantiers. Il faut dire que les mentalités ont changé. Les opérateurs sont devenus de plus en plus exigeants en termes de respect des consignes et règles de sécurité.  C’est un sujet sur lequel nous communiquons beaucoup et nous faisons plusieurs efforts pour hisser le niveau des entreprises marocaines à travers la sensibilisation de nos collaborateurs. D’ailleurs nous venons de reconduire la certification OHSAS 18001 que nous avons reçue l’année dernière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *