Bras de fer chez les professionnels du tourisme : Quatre fédérations ont été suspendues de la CNT sur décision du président

Bras de fer chez les professionnels du tourisme : Quatre fédérations ont été suspendues de la CNT sur décision du président

C’est dans une ambiance électrique et tendue que les membres de la Confédération nationale du tourisme (CNT) s’apprêtent à tenir leur assemblée générale ce vendredi 11 mai.

En effet, en plus de l’élection d’un nouveau président et de la décision importante sur laquelle ils devront statuer, à savoir la réintégration de la CGEM en tant que fédération interne, statut abandonné en 2007, l’assemblée se déroulera sans la présence de représentants de plusieurs fédérations importantes du secteur, notamment celle des agences de voyages, la FNAVM, la Fédération des transporteurs touristiques, celle des restaurateurs et, enfin, l’Association nationale des investisseurs touristiques (ANIT). A la veille de l’assemblée, les quatre fédérations se sont vues suspendues de leur qualité de membres pour cause de non-paiement des cotisations.

A la CNT il a été expliqué, à travers des informations publiées dans les médias, que le président actuel et sortant avait saisi par voie de courrier les fédérations concernées les invitant à s’acquitter de leurs cotisations au plus tard le 7 mai. N’ayant reçu aucune réponse, poursuit-on auprès de la CNT, le président a été dans l’obligation de suspendre leur représentativité au sein de la CNT.

Mais des voix s’élèvent déjà parmi les professionnels affiliés à certaines de ces fédérations pour dénoncer le caractère illégal et non réglementaire de la décision. Un professionnel indique, en effet, que «seule une assemblée générale est habilitée à suspendre un membre et sous trois conditions». Ladite assemblée doit avoir été convoquée régulièrement, avoir délibéré selon les règles statutaires et avoir inscrit dûment la résolution de la suspension sur l’ordre du jour de ladite assemblée. Or, fait remarquer notre source, la décision unilatérale du président ne respecte manifestement aucune de ces conditions.

Elle est donc illégale et non reconnue. Les instances de certaines fédérations concernées s’apprêtaient d’ailleurs à rendre publics des communiqués officiels en réponse à leur suspension. Cela dit, à l’heure où nous mettions sous presse, le jeudi 10 mai à la mi-journée, aucune réaction officielle n’était encore manifestée. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que l’assemblée générale prévue ce vendredi 11 mai se tiendra sous très haute tension. Dossier à suivre…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *