Budget : Un excédent de 3,1 milliards de dirhams des ressources sur les charges

Budget : Un excédent de 3,1 milliards de dirhams des ressources sur les charges

Le département de Boussaid analyse l’exécution de la loi de Finances 2017

Les recettes de services de l’Etat gérés de manière autonome ont représenté 0,6% des ressources globales de l’Etat se situant ainsi autour de 1,2 milliard de dirhams.

Un excédent des ressources sur les charges a été observé au premier semestre de l’exécution de la loi de Finances 2017.

A fin juin, ce surplus est estimé à 3,1 milliards de dirhams résultant de 37,9 milliards de dirhams de recettes d’emprunts et de 24,3 milliards de dirhams d’amortissements de la dette. C’est ce que relève le ministère des finances dans son rapport semestriel sur l’exécution de la loi de Finances. Se référant au département de l’économie et des finances, l’exécution de la loi de Finances laisse apparaître à fin juin 2017 un solde budgétaire négatif de 10,4 milliards de dirhams. Il résulte de 159 milliards de dirhams de ressources ordinaires hors recettes d’emprunts et de 169,4 milliards de dirhams de charges hors amortissement de la dette.

Le solde ordinaire ressort, quant à lui, positif, se situant autour de 7,5 milliards de dirhams à fin juin. S’agissant des ressources globales de l’Etat, le rapport note un taux de réalisation de l’ordre de 52,8% des prévisions de la loi de Finances. Les recettes ordinaires se chiffrent dans ce sens à 115,9 milliards de dirhams couvrant ainsi 58,9% des ressources globales et affichant un taux de réalisation de l’ordre de 52,1% par rapport aux prévisions de la loi de Finances 2017.  Les recettes ordinaires se composent, par ailleurs, de 92,9% de recettes fiscales contre 7,1% de recettes non fiscales.

De même, les recettes des comptes spéciaux du Trésor représentent 21,3% des ressources globales de l’Etat. Elles se sont chiffrées à 42 milliards de dirhams à fin juin marquant un taux de réalisation d’exécution de 53,9%.

Ces recettes sont suivies de celles d’emprunts à moyen et long termes. Elles ont atteint au premier semestre une valeur de l’ordre de 37,9 milliards de dirhams, soit 19,2% de ressources. Selon le rapport du ministère des finances, elles ont été réalisées à hauteur de 54,1% en termes de prévisions de la loi de Finances et sont constituées essentiellement du recours au marché des adjudications à hauteur de 87,8%.

Les recettes de services de l’Etat gérés de manière autonome ont représenté 0,6% des ressources globales de l’Etat se situant ainsi autour de 1,2 milliard de dirhams. Leur taux de réalisation a atteint pour sa part les 39,1% au premier semestre de l’exécution de la loi de Finances 2017.

Le ministère de l’économie et des finances observe à fin juin un taux de réalisation de 48,6% des charges totales de l’Etat par rapport aux prévisions de la loi de Finances 2017.

Ces dépenses ont atteint ainsi les 193,7 milliards de dirhams constitués à hauteur de 56% de dépenses ordinaires. La valeur relevée dans ce sens au premier semestre de l’année est de 108,4 milliards de dirhams couvrant à hauteur de 48,6% les dépenses de personnel. Les dépenses d’investissements se sont établies à 29,3 milliards de dirhams. Elles représentent 15,1% des charges totales engagées à fin juin. De même, elles ont été réalisées à hauteur de 46,1% par rapport aux prévisions de la loi de Finances 2017. Les émissions des comptes spéciaux du Trésor détiennent une part de 16% des charges globales. Elles ont atteint les 31 milliards de dirhams au premier semestre, soit un taux d’exécution de l’ordre de 43,9%. S’agissant des amortissements de la dette, elles sont estimées à 24,3%, soit 12,6 des charges totales. Elles affichent par ailleurs un taux de réalisation de 53% par rapport aux prévisions de la loi de Finances.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *