Cactus : Plantation de 600 hectares à Taourirt

Cactus : Plantation de 600 hectares à Taourirt

Ce projet porte sur un coût global d’environ 16,3 MDH. Il profitera à 4 communes rurales dans la province de Taourirt, en l’occurrence Ahl Ouedza, Mestegmer, Melg Elouidane et Goutitir, ciblant ainsi pas moins de 284 bénéficiaires.

Le cactus s’inscrit au cœur des priorités du Plan agricole de l’Oriental. Les efforts se poursuivent pour valoriser cette filière, notamment dans les zones les plus éloignées de la région. Pour l’année 2017, de nouveaux projets d’extension et de valorisation sont au programme particulièrement à Guercif et Jerada, et ce sur une superficie totale de 2.690 hectares. C’est dans cette optique que les autorités agricoles de l’Oriental ont procédé, lundi 27 février,  au lancement des travaux de plantation de 600 hectares du cactus dans la commune rurale de Mestegmer. Cette action s’inscrit dans le cadre du projet de la valorisation et de la plantation de 1.350 hectares de cactus dans la province de Taourirt.

Se référant aux données formulées par la direction régionale de l’agriculture dans l’Oriental, ce projet porte sur un coût global d’environ 16,3 millions de dirhams. Il profitera à 4 communes rurales dans la province de Taourirt, en l’occurrence Ahl Ouedza, Mestegmer, Melg Elouidane et Goutitir, ciblant ainsi pas moins de 284 bénéficiaires. Techniquement, ledit projet devrait impacter positivement la production du cactus dans la région.

L’objectif fixé est d’atteindre 13.500 tonnes et un revenu de 10.000 dirhams par hectare. Le projet créerait, selon la direction régionale de l’agriculture, près de 30.000 journées de travail supplémentaires en période de croisière.  Le projet contribuerait par ailleurs à la promotion et à la valorisation des produits de base de cactus. Il renforcerait également les moyens de conditionnement et de commercialisation. Ceci se fera via la création d’une unité de valorisation du cactus d’ici 2020. De ce fait, les productions devraient nettement s’accroître. Les prévisions tablent sur 5.000 tonnes de confitures, 5.000 litres d’huile de cactus, 1.000 tonnes d’aliments de bétail ainsi que sur le conditionnement de 500 tonnes de jeunes raquettes.

Notons que la plantation de cactus vient répondre à un enjeu climatique important. Citons dans ce sens la désertification et la raréfaction de l’eau. D’où la nécessité d’élargir la diversité des systèmes de production et de reconvertir les systèmes de cultures dans les zones arides vers des cultures alternatives telles que le cactus. Cette plante a, en effet, une capacité indéniable d’adaptation aux conditions des milieux arides et de la chaleur. Elle regorge également de vertus cosmétiques, alimentaires et thérapeutiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *