Café de la poste : Histoire d’une résurrection !

Café de la poste : Histoire d’une résurrection !

Curieuse impression.. d’aller dans un restaurant que l’on vous annonce comme la révélation de la semaine! restons modeste tout de même ? C’est sacrément intimidant passé la garde prétorienne sur rue (comme si les agressions étaient monnaie courante à Gueliz), passé le portier «sympa» en tenue folklorique, d’atterrir donc… en vol plané dans le saint des saints… On a presque peur d’être incongru, déplacé… HORS SUJET même! En fait on a peur d’être déçu et de ne pas bien dîner… C’est là trop souvent le hic!
A la lecture de la carte on comprend immédiatement que le chef de cuisine a rejoint les dieux de l’ olympe et prend le thé avec eux chaque après midi oubliant l’une des vertus cardinales du métier de restaurateur «étonner le chaland, exciter ses papilles». Le frisson attendu se fait attendre, la platitude du défilement des plats proposés à la carte (pas de menu) laisse perplexe, songeur…
Passe encore le niveau de tarification pour tout dire «excessif» pour une brasserie, entre autres peccadille voir décliner un poulet rôti -même dans son jus- 130 dh le jour de mon passage et passé 3 jours après à 145 dh pour cause de grippe aviaire je subodore, ou un potage du jour -on l’espère- à 90 Dh et passé 3 jours après à 105 dh… bref inflation des prix ou «valse des étiquettes».
La palme revenant tout de même aux 6 huîtres de Oualidia (heureusement) facturées 150 dh. Côte de bœuf trop cuite 360 dh pour 2 personnes servie sur assiettes, découpée banale dans la série «loupée» accompagnée d’ une purée à la vanille (houp gloup… autre turlupinade typiquement marrakchie!), une purée de carotte et des légumes croquants dans des bols à demi rempli pour anorexiques déliquescents, le gigot d’agneau servi au minimum pour 4 personnes minimum?.
Rayon vin un «domaine de Sahari» à 190 DH, le café à 30 dh, la Sidi Ali à 35 dh (çà vous dégoutterait de boire de l’eau définitivement!). Il serait bon qu’un panneau situé à l’entrée du site détaille les prix pratiqués comme cela se fait de coutume dans d’autres endroits et même à Marrakech! avis à la population…
Salle comble vers 23 heures ronronnante d’un plaisir joliment civilisé, lumière tamisée, le Prince Jean Poniatowski ( toujours sans une ride et toujours aussi mondain! qui cornaque prochainement une soirée «Fashion & Fame» à Marrakech ) saluant la décoratrice de service ( avec quelques rides on taira donc son nom ) attablée à quelques encablures! Grappes de jeunes gens ( tee shirt jeans ), jeunes filles ( jeans tee shirt paillettes ) tout ce beau monde scotchés aux portables évidemment… picorant distraitement un plat!
Directeur de salle dans un uniforme noir, pantalon serré, chemise ouverte, bloqué sur image un doigt sur le nez devant sa caisse. Service presque impeccable qui carbure au milieu de ce fourmillement, restaurant au rez-de-chaussée, bar alcool -salon- absolument cosy au premier étage en mezzanine…
Et si finalement on allait dans de tels endroits pour être vu, pour entretenir son vice naturel de voyeur, et secondairement pour ne pas dire accessoirement afin de tenter de se sustenter ??? Toute la question est là…je le crains.
Comptez 400/600 DH par personne avec le vin…

Le grand Café de la Poste
127 avenue Mohammed V-Gueliz-Marrakech-Chef de Cuisine Cyril.

• Pandore

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *