Campagne agricole 2017-2018 : Les nouvelles mesures

Campagne agricole 2017-2018 :  Les nouvelles mesures

La mise en œuvre du programme national pour l’économie d’eau d’irrigation se poursuivra et ce à travers la programmation de l’équipement des exploitations en système de goutte-à-goutte sur une superficie supplémentaire de 50.000 hectares.

Le lancement officiel de la campagne agricole 2017-2018 a eu lieu, lundi 23 octobre, au niveau de la région Fès-Meknès. C’est Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts qui a donné le coup d’envoi annonçant ainsi une nouvelle année de labeur pour les agriculteurs. Il s’est enquis à cette occasion de deux projets agricoles parmi d’autres.

Le premier concerne la reconversion de 600 hectares de céréales en oliviers au niveau de Oued Jdida. Le second se situe au niveau de Ain Taoujtate a trait au lancement de l’opération de semis pour la multiplication de semences de blé tendre sur une superficie de 30 hectares. Ces projets sont de nature à booster la volonté des agriculteurs et les préparer à anticiper une bonne moisson.

Pour ce faire, le ministère de tutelle a mis en place des mesures et incitations pour garantir la réussite de l’actuelle campagne agricole. Un engagement qui s’inscrit en continuité des efforts consentis pour promouvoir une dynamique positive engendrée par le Plan Maroc Vert à l’horizon 2020. Les principales dispositions concernent entre autres l’eau d’irrigation, les semences et les engrais. Au titre de l’actuelle campagne, une superficie de 594.000 hectares  est planifiée pour l’irrigation au niveau des grands périmètres. De même, la mise en œuvre du programme national pour l’économie d’eau d’irrigation se poursuivra et ce à travers la programmation de l’équipement des exploitations en système de goutte-à-goutte sur une superficie supplémentaire de 50.000 hectares. La finalité étant d’atteindre 420.000 hectares, soit 76% du programme. Ladite campagne connaîtra également l’achèvement des travaux de modernisation du réseau d’irrigation pour la reconversion collective en irrigation localisée. Ceci portera sur une superficie de 60.000 hectares, représentant ainsi 55% du programme global. Il a également été décidé de planifier et suivre l’allocation des quotas d’eau d’irrigation, à savoir 3,22 milliards de mètres cubes. Ceci permettrait d’assurer le démarrage des plantations de céréales et des cultures sucrières et assurer les besoins en eau pour l’arboriculture fruitière.  En vue de gérer le déficit en eau au niveau de Melouya, Tafilalet et Issen, le ministre a appelé à la rationalisation des quotas d’eau pour sauver les arbres fruitiers et les cultures pérennes. S’agissant des semences sélectionnées, les stocks sont estimés à 1,7 million de quintaux. Le ministre de tutelle a précisé dans ce sens que les prix incitatifs seront adoptés pour l’achat de semences sélectionnées à travers la commercialisation de semences à des prix de vente subventionnés. En parallèle, la subvention de stockage sera maintenue à 5 dirhams le quintal par mois, et ce pendant 9 mois sans dépasser les 220.000 quintaux. En ce qui concerne le programme de multiplication, il portera sur 70.000 hectares garantissant ainsi un disponible de 2 millions de quintaux de semences sélectionnées de céréales lors la prochaine campagne agricole. De même, l’approvisionnement en engrais est fixé à 500.000 tonnes. La cartographie des sols liée à la rationalisation de l’utilisation des engrais dans notre pays sera, pour sa part, complétée pour couvrir les 1,6 million d’hectares restants. Le ministère procédera au titre de la campagne agricole 2017-2018 à la révision du système des incitations agricoles. Ceci concernera la révision des taux et plafonds de certaines subventions ainsi que l’introduction de nouvelles subventions. L’actuelle campagne sera également marquée par la poursuite de la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre du contrat programme relatif au développement de l’agro-industrie notamment ceux relatifs aux aides de l’Etat et signature des accords spécifiques aux filières des industries alimentaires. Il est également prévu le déploiement d’un programme de formation de conseillers agricoles privés en parallèle à l’encadrement des agriculteurs dans différentes filières de production.

Campagne agricole 2016-2017 : Une bonne moisson

La campagne agricole 2016-2017 a été réussie. C’est ce qui ressort de l’intervention du ministre Aziz Akhannouch. Un succès dû à la fois à la régularité des précipitations, la pertinence des mesures adoptées dans le cadre du Plan Maroc Vert ainsi que l’implication des différents acteurs du secteur. En énumérant les réalisations phares de la campagne précédente, le ministre cite une production céréalière de 96 millions de quintaux, soit la quatrième meilleure production depuis le lancement du Plan Maroc Vert. De même, une augmentation de la production des principales cultures a été observée durant cette campagne.

La production des primeurs s’est améliorée de 5% au moment où celle des agrumes s’est consolidée de 15%. Les cultures sucrières ont, pour leur part, enregistré une progression de 1,2% de leur production couvrant 42% des besoins nationaux en sucre. Les olives, en revanche, ont vu leur production régresser de 26%. Pour les viandes rouges, une augmentation de 4% de la production a été enregistrée.

A l’export, les produits alimentaires agricoles ont affiché une performance de 11% au titre de la campagne agricole 2016-2017.

Crédit Agricole du Maroc : Les redevances reportées

Pour la campagne agricole 2017-2018, le Crédit Agricole du Maroc poursuivra ses actions de soutien au profit des agriculteurs pour les aider à surmonter les effets des changements climatiques.

A cet égard, la banque lancera une vaste opération de report des redevances au titre de la campagne 2015-2016.

Le but étant de permettre aux agriculteurs d’effectuer de nouveaux financements et de bénéficier de nouveaux prêts pour financer les investissements de la campagne 2017-2018. Cette opération se fera de façon automatique pour les petits agriculteurs au moment où des critères objectifs et équitables seront adoptés pour le reste des agriculteurs tout en tenant compte de leurs capacités financières et des caractéristiques de leurs exploitations.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *