Capital en investissement : 16 milliards de dirhams de fonds sous gestion

Capital en investissement : 16 milliards de dirhams de fonds sous gestion

Près de 183 entreprises en bénéficient à ce jour

Le capital investissement au Maroc se structure. L’activité a réussi en peu de temps à s’imposer comme moyen de financement alternatif au crédit bancaire pour les entreprises. Un constat fait par l’ensemble des participants à la conférence annuelle de l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) qui s’est tenue mercredi 14 février à Casablanca. Une occasion pour faire le point sur l’évolution de cette activité qui a fait ses preuves au niveau national. «Le trend observé prouve qu’il s’agit d’une industrie bien portante et confirme la durabilité de ce modèle. Nous relevons une évolution assez importante dans ce sens», explique, à cet effet, Hassan Laaziri, président de l’AMIC. Les fonds sous gestion ont connu un important saut. Ils sont passés en quelques années de 400 millions à 16 milliards de dirhams à fin 2016. Le niveau d’investissement s’est également inscrit en hausse se situant autour de 786 millions de dirhams investis dont 18 nouveaux investissements. Au total 183 entreprises ont bénéficié depuis l’origine des investissements en capital pour un montant global de 6,3 milliards de dirhams. Le taux de rentabilité est pour sa part estimé à 13%.  «Nous nous réjouissons du développement du capital investissement qui permet de préparer les entreprises à venir sur les marchés des capitaux et de se financer à travers le marché boursier», commente dans ce sens Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca. Un avis partagé également par Nezha Hayat.

La présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) assure que le capital investissement est souvent le premier contact des entreprises avec l’univers des marchés des capitaux.

Le potentiel de développement de ce secteur est important. En effet, l’impact positif du capital investissement n’est plus à démontrer. Les participants à la conférence annuelle de l’AMIC se sont accordés à dire que ces placements sont un important accélérateur de développement, notamment pour les Petites et moyens entreprises (PME). De nombreuses opportunités s’offrent aux chefs d’entreprises, notamment en termes d’accompagnement dans le processus de gestion, de l’élaboration de stratégie et de la formation des ressources humaines. Malgré les atouts énumérés, de nombreux défis restent à relever. Le capital investissement au Maroc n’accompagne qu’une vingtaine d’entreprises par an. Cet accompagnement est destiné dans la majorité du temps au développement des PME déjà existantes. En revanche, les montants investis dans les entreprises en démarrage ne représentent que 7%. De même, la moitié des capitaux levés provient des investisseurs étrangers. Pour rehausser davantage cette activité au niveau national, les intervenants ont appelé à une forte mobilisation des parts locales et institutionnelles. Les participants ont, par ailleurs, plaidé pour l’implication de l’ensemble des parties prenantes dans un dialogue fructueux pour identifier ensemble les leviers de développement du secteur. Un développement qui passe, en outre, par le financement de l’innovation.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *