Capital investissement: 5 milliards de dirhams investis en 15 ans

Capital investissement: 5 milliards de dirhams investis en 15 ans

Près de 700 millions de dirhams ont été investis dans 25 entreprises au Maroc. C’est ce que vient d’annoncer l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC). Le tableau brossé au titre de l’année 2014 confirme la bonne tenue des investissements en capital. Ce type de financement alternatif porte autour de 5 milliards de dirhams sur les 15 dernières années.

En commentant cette tendance, l’AMIC indique que la majorité des fonds reste généraliste. L’industrie arrive en tête des secteurs concernés avec une part d’investissement de 47%.

Les services et transport arrivent en seconde position, soit 29% des investissements. L’étude présentée pour la 7ème année consécutive par l’AMIC met en relief le total des montants levés. A fin 2014 le cumul dépasse les 10,23 milliards de dirhams.

Les fonds d’infrastructures avoisinent les 5,5 milliards de dirhams, soit un total de fonds levés de 15,72 milliards de dirhams.

S’exprimant au sujet des levées, Françoise De Donder Giraudin, déléguée générale de l’AMIC, confie à ALM que «2014 a connu des levées plus modestes estimées à 423 millions de dirhams». Une résultante conforme au cycle de vie des fonds puisque 2012 et 2013 ont connu des levées d’environ 2,5 milliards de dirhams. Précisant qu’à ce jour 4 milliards de dirhams de levés sont disponibles pour les PME. De même, 55% des capitaux levés sont étrangers.

En ce qui concerne le ticket moyen investi dans les entreprises, ce dernier poursuit sa progression, passant de 34 millions de dirhams en 2013 à 43 millions de dirhams en 2014. En outre, la diversification géographique des investissements de fonds de 3ème génération dévoile une nouvelle tendance.

L’AMIC indique à ce propos que «la part du Grand Casablanca se contracte au profit de trois régions, à savoir Rabat-Salé, Tanger-Tétouan et Fès-Boulemane». Sur le plan continental, le Maroc reste, selon l’AMIC, la zone prioritaire d’investissement de ces fonds, suivi du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. Quant aux sorties, le montant total effectuée s’inscrit en hausse de 23% par rapport au niveau observé l’année dernière. L’AMIC dévoile dans ce sens un chiffre de l’ordre de 99 millions de dirhams. 

«Cette dynamique devrait se poursuivre dans les 2 années à venir avec le désinvestissement d’une cinquantaine d’entreprises investies avant 2010», apprend-on de l’AMIC. Et de poursuivre : «le cumul des désinvestissements depuis 2000 se chiffre quant à lui à 2 milliards de dirhams, soit 41% du montant global investi par les fonds».

L’étude de l’AMIC fait également savoir que l’intervention des fonds dans les entreprises crée une dynamique bénéfique sur le plan social. Ceci se concrétise par la mise en œuvre d’un plan annuel de formation, d’une charte d’éthique et de valeurs, de la gestion prévisionnelle des emplois et compétences ainsi que d’actions environnementales et sociétales.

S’agissant des perspectives, l’AMIC table sur des prévisions d’environ 1,4 milliard de dirhams dont 1 milliard dédié au capital développement. L’Association indique, par ailleurs, que la tendance aux investissements multisectoriels se confirme pour les cinq prochaines années avec une légère préférence pour le secteur agroalimentaire (15%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *