Casino mise sur Aswak Assalam

Casino mise sur Aswak Assalam

Après Auchan avec le groupe ONA, Casino s’associe à YNNA Holding du groupe Chaâbi. Désormais, les prochains hypermarchés Aswak Assalam porteront l’enseigne Géant Casino. Le premier du genre sera bientôt inauguré à Kénitra. De source bien informée, dans un premier temps, le partenariat porterait sur l’accès d’Aswak Assalam à la centrale d’achat du groupe Casino ainsi qu’un échange informatique bien poussé. En second lieu, l’hypothèse d’un croisement capitalistique serait envisagée. Avec Aswak Assalam, le holding YNNA s’est investi dans la grande distribution. L’ouverture d’un hypermarché à Rabat en 1998 a été suivie d’une deuxième unité en 2002 à Marrakech. D’autres implantations sont prévues sur la plupart des grandes villes du Royaume. Ces hypers nouvelles générations font partie d’un vaste ensemble commercial, comprenant une galerie marchande proposant de nombreux commerces et un espace consacré aux jeunes.
 » Casanier  » jusqu’en 1996, Casino s’est implanté dans 15 pays en 4 ans et a porté la part de son chiffre d’Affaires à l’étranger à 23 % et 6% du résultat d’exploitation consolidée. Les activités du groupe Casino à l’international ont montré une bonne résistance malgré la crise économique et monétaire qui a touché certains pays. Le groupe Casino présente ainsi une gamme complète de magasins de distribution. Qu’ils aient la taille d’un hyper ou d’un supermarché, différentes enseignes sont présentes. Par conséquent, le savoir-faire du groupe est bien réel. Sa force de frappe est quotidiennement vérifiée par ses fournisseurs.
L’autre particularité du groupe, à travers l’enseigne néerlandaise d’origine Spar est que son développement s’effectue exclusivement sous forme de franchise. À la tête des petites unités, se trouvent des couples, soucieux de leur indépendance, ayant consacré leurs disponibilités à l’achat d’un magasin. Pour les unités les plus importantes, il s’agit d’anciens cadres de la grande distribution, toutes enseignes confondues, désireux de se fixer après avoir longtemps «bourlingué». Le magasin est dans ce cas géré par le seul franchisé, l’épouse ayant par ailleurs une autre activité professionnelle. La décision prise fin 2002 d’intégrer dans le réseau Spar tous les supermarchés Casino de moins de 1 000 m2 a complètement changé la donne. Ainsi, au cours du premier semestre 2003, le groupe a pu bâtir un concept spécifique Spar Supermarché répondant à un certain nombre de règles.
Cette culture ne pourrait qu’être en phase avec la culture nourrie par le groupe Chaâbi en matière de distribution. Le fait d’avoir aider les commerçants de Rabat à se doter d’une centrale d’achat commune n’a pas manqué de susciter les interrogations. Il est certain que l’expérience Casino pourrait être porteuse de plusieurs atouts pour le positionnement d’Aswak Assalam. Bien évidemment, le voile n’est toujours pas levé sur les termes de cette association annoncée. Plusieurs questions gagent à trouver réponse. Notamment sur la culture et l’éthique du groupe Chaâbi vis-à-vis de plusieurs concepts, religieux notamment. La grande distribution a de belles années devant elle au Maroc. Les chiffres sont là pour le prouver. Le nombre de grands magasins à travers le pays dont la surface de vente dépasse 300 m2 a atteint 200 points de vente dont 12 hypermarchés. Ceci, alors qu’il y a à peine une dizaine d’années, cette forme était quasiment absente du marché marocain. Parmi ces magasins, on recense 5 grandes sociétés de distribution alimentaire qui coiffent 18 points de vente et qui représentent la plus grande part du chiffre d’affaires réalisé par le secteur. Ce nombre est amené à augmenter de manière considérable suite aux accords de libre-échange et à la possibilité pour les investisseurs de signer une convention d’investissement avec l’Etat. Fait notable, mais pas étonnant, 60 % de ces points de ventes sont concentrés au niveau de Casablanca (32 %) et Rabat (27 %), suivis de Marrakech (12 %) et Tanger (6 %).
Le secteur enregistre également l’émergence de grandes surfaces spécialisées dans de nouveaux créneaux tels que l’électroménager, l’informatique ou l’ameublement en kit, dont les capitaux sont globalement à 100% marocains. La grande distribution est également un grand employeur. Le nombre de personnes travaillant dans 70 magasins d’un échantillon établi lors d’une étude menée par le ministère du Commerce a révélé que le nombre de ces employés s’élève à 3534, soit une moyenne de 50 personnes par point de vente. Au Maroc, on n’est pas encore au fait de la mutation à la grande distribution. La toile a du mal à percer. Pour plusieurs raisons. Certes, le secteur de la distribution a connu une évolution extraordinaire dans le Royaume, passant d’un chiffre d’affaires de 250 millions dirhams en 1990 à 3 milliards de dirhams en 2001. Mais l’essentiel du travail reste à faire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *