CDG : Les effets de la réorganisation

L’année 2001 a été faste pour la CDG (Caisse de Dépôt et de Gestion). Du moins si l’on en juge par les propos de ses responsables lors d’une conférence de presse tenue hier. La Caisse récolte en effet les fruits de sa restructuration enclenchée au cours de l’année dernière.
Cette réorganisation a porté sur la mise en place de pôles-métiers organisés autour de ses champs d’intervention. Deux outils de gestion ont été également introduits. Il s’agit dees systèmes VCH (valorisation du capital humain) et SDI (schéma directeur informatique). Selon les responsables de la CDG, « ce nouveau mode de gestion ne manquera pas d’avoir un impact réel sur la Caisse, lequel se manifeste d’ores et déjà à travers l’activité de la Caisse au cours de l’exercice 2001. La réorganisation de la Caisse a porté également sur la création des pôles promotion de l’épargne, marché des capitaux. Il faut ajouter à cela la redéfinition des attributions des pôles de l’immobilier et participations et placements. Auprès de la CDG, on indique que « parallèlement, deux nouvelles fonctions sont venues compléter l’architecture fonctionnelle de la Caisse, à savoir la gestion du risque et l’audit interne. La première s’assigne comme mission d’introduire des procédures et des instruments susceptibles d’identifier, mesurer et gérer le risque de bilan ainsi que le risque lié aux activités de marché du groupe CDG. Quant à la seconde fonction, elle vient compléter le dispositif de contrôle et de pilotage déjà en place à la Caisse ».
Quant au schéma directeur informatique, la Caisse souligne qu’il est à sa phase finale. Selon ses responsables, « «les packages ont été sélectionnés et la première phase de mise en place des progiciels choisis a été réalisée». Et d’ajouter que «la mise en production a débuté en février pour le projet systèmes comptables, en mai pour les projets gestion de portefeuilles et trésorerie, et enfin en juillet pour le projet gestion des ressources».
Parmi les faits marquants de l’année 2001, il y a lieu de citer celui de la mobilisation de l’épargne. A ce propos, la CDG avance que « la collecte des dépôts s’est traduite par un effort additionnel des déposants équivalent à 2,3% d’augmentation du volume des dépôts ». Elle précise que «l’évolution par rapport à 2000 s’est toutefois décélérée en raison notamment du règlement de la TPPRF appliquée aux intérêts servis aux déposants et de la régularisation de celle de l’exercice 1996». Toujours en matière d’épargne, la CDG a signé une convention avec l’OCP pour l’immatriculation de 4.000 agents (sur un effectif potentiel de 25.000) au système RECORE géré par la CNRA. La CDG a pris également en charge de la gestion la Caisse interne de retraite de l’ONCF à partir de janvier de l’année 2002, et la conclusion de deux conventions avec l’OCP et l’ONE visant l’adhésion de leurs nouvelles recrues au régime, à partir du 1er janvier 2001. Notons en définitive que l’épargne gérée par la Caisse est en grande partie investie dans les marchés des capitaux mais aussi dans les secteurs immobilier et touristique. Depuis une année, cette épargne bénéficie au capital-risque.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *