CDG optimise les contraintes conjoncturelles

CDG optimise les contraintes conjoncturelles

Malgré un contexte économique difficile et l’impact inévitable de la crise financière mondiale qui perdure depuis 2008, le Groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG) s’en sort avec les honneurs. En effet, dans son rapport d’activités 2012 récemment publié, la CDG souligne que forte de son assise financière solide et de son dispositif de gouvernance et de pilotage, elle a pu poursuivre, en 2012, son programme d’investissement conformément au plan stratégique Oufoq 2015. Ainsi, l’institution confirme sa capacité à optimiser les contraintes du contexte difficile dans lequel elle agit et à assurer une rentabilité pérenne.

En effet, le résultat net part du groupe (RNPG) ressort en 2012 à 975,8 millions de dirhams, en nette progression de 22% par rapport à 2011. «Cette évolution est le fruit des efforts d’optimisation des charges générales d’exploitation conjugués à l’amélioration significative de la contribution des sociétés mises en équivalence et à la diminution de la charge d’impôts», explique le rapport. Cependant, le Produit net bancaire (PNB) consolidé de l’exercice 2012 s’est établi à 4,6 milliards de dirhams, en régression de 10%.

Cette situation est imputée principalement à la Société Centrale de Réassurance (SCR) dont le chiffre d’affaires a fléchi en conséquence de l’arrêt progressif de la cession légale. Concernant les capitaux propres part du groupe, ils s’élèvent à 15 milliards de dirhams au 31 décembre 2012, soit un tassement de 8% par rapport à 2011. Pour la CDG, cette évolution résulte de la contreperformance du marché boursier qui a impacté les réserves de plus-values latentes du portefeuille Groupe des titres disponibles à la vente (AFS). En revanche, les indicateurs de rentabilité sont en nette amélioration par rapport à 2011, avec un ratio ROE (rentabilité des capitaux propres) qui atteint 6,5% en 2012 contre 4,9% une année auparavant.

Dans le même sillage, le total bilan consolidé s’est établi à fin 2012 à 169,8 milliards de dirhams enregistrant ainsi une progression de 9%. «Cette appréciation résulte de l’accroissement des ressources du groupe en lien particulièrement avec les apports nouveaux des déposants institutionnels de la CDG», souligne le rapport. Les dépôts de la Caisse enregistrent, en effet, un saut de 10% pour atteindre 70 milliards de dirhams à fin 2012. En parallèle, la CDG a continué son programme d’investissement et ses projets structurants, notamment par le biais de ses filiales opérant dans les secteurs de l’aménagement, de l’immobilier et du tourisme.

«Ces performances viennent conforter une fois de plus notre institution dans son rôle incontournable d’acteur majeur du développement du pays au service de l’utilité collective», a souligné Anass Houir Alami, directeur général du Groupe CDG, dans son mot d’introduction du rapport 2012. Et de conclure: «tout ceci n’a été rendu possible qu’avec l’implication forte, l’engagement constant et le dévouement total de l’ensemble des collaborateurs du groupe qui œuvrent à faire vivre au quotidien la vision sociétale de la CDG (œuvrer ensemble, pour le Maroc avenir) et participent fièrement à la création et à la pérennité de dynamiques de progrès qui contribuent pleinement aux objectifs de développement de notre pays».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *