Ce que deviendra Casablanca en 2018…

Ce que deviendra Casablanca  en 2018…

Dès 2018, nous pourrons être fiers d’être Casablancais. C’est ce qu’a annoncé Driss Moulay Rchid, directeur général de Casablanca Aménagement, lors d’un point de presse consacré à la présentation de l’état d’avancement de l’ouvrage de protection de la ville de Casablanca contre les crues de l’Oued Bouskoura. Cette rencontre, tenue hier, mercredi 10 juin à Casablanca, a également été l’occasion de faire un tour d’horizon des différents projets portés par la société.
Il en ressort donc que Casablanca Aménagement se penche actuellement sur pas moins de 40 grands projets destinés à transformer la capitale économique moyennant une enveloppe de près de 7 milliards de dirhams (Voir détails en pages 5 et 6). «Durant les deux prochaines années, Casablanca sera un grand chantier dont les fruits pourront être cueillis dès 2018. Il ne restera plus que le chantier du tramway qui sera bouclé en 2022», a relevé Moulay Rchid. Et de poursuivre : «A terme, tous ces projets contribueront à rehausser l’image de la métropole pour la mettre aux standards des grandes villes dans le monde».
Ainsi, toujours dans cet objectif ultime, le directeur général de Casablanca Aménagement a présenté l’état d’avancement de l’ouvrage de protection de la ville de Casablanca contre les crues de l’Oued Bouskoura. Selon lui, «toute la ville de Casablanca a été bâtie sur le lit d’Oued Bouskoura, ce qui montre que durant les années de forte pluviométrie, la ville se trouve noyée sous l’eau qui reprend ses droits de passage naturel. Et c’est justement pour pallier ce désagrément que Casablanca Aménagement pilote le projet de construction d’un tunnel de déviation des eaux de l’Oued Bouskoura vers la mer». Aussi, pour mener à bien les travaux, Casablanca Aménagement a acquis, à travers l’entreprise turque Makyol, un tunnelier d’une valeur de 100 millions de dirhams qui permettra de creuser un tunnel de 5,5 km de longueur à une profondeur d’une quarantaine de mètres, joignant l’oued Bouskoura à l’Atlantique, à proximité du Morocco Mall. «Nous avons réceptionné le tunnelier et l’avons monté. Il s’agit d’un engin énorme qui commencera à travailler à partir de la semaine prochaine», a expliqué Moulay Rchid. A noter que le projet comporte deux tronçons distincts, d’abord, à l’amont de la route d’El Jadida, un tronçon en canal à ciel ouvert d’un linéaire total d’environ 3 km, à pentes et sections variables pour s’adapter au mieux à la morphologie du lit naturel de l’oued. Et ensuite, à partir de la route d’El Jadida et jusqu’à son débouché en mer, une galerie en tunnel souterrain de 5,2 Km environ et en tranchée remblayée de 1 km environ de 4,6 m de diamètre après revêtement en béton. Plus en détails, le profil en long du tunnel se maintient à une profondeur dépassant largement la dizaine de mètres sur les 5 premiers kilomètres. Au-delà, côté mer de la route d’Azemour, la couverture diminue si bien que le tunnel, tout en conservant sa section intérieure, est réalisé en tranchée remblayée sur une voie de la route Sidi Abderrahman. A l’approche du rivage, le gabarit limité par la côte de sortie d’une part et la ligne rouge des voies de circulation d’autre part, conduit à passer à un dalot quadruple après une section de transition assurant une bonne répartition du débit entre les 4 pertuis du dalot.

220 millions de dirhams pour le complexe sportif Mohammed V

Le projet concerne la rénovation et la mise à niveau du complexe sportif Mohammed V, stade mythique de la ville de Casablanca, et s’inscrit dans le cadre de la nouvelle vision stratégique et du plan d’urgence de la métropole. Les travaux de réfection du complexe vont toucher le champ de jeu, les vestiaires, les tribunes, la mise en place de nouveaux gradins, la construction de salles d’examen, les installations électriques et audiovisuelles, etc. afin de redonner à cette infrastructure chargée d’histoire sportive son éclat d’antan et la hisser au niveau des stades reconnus par les hautes instances pour l’organisation de grandes compétitions internationales d’envergure. Aujourd’hui, la mise à niveau des structures et infrastructures est une des priorités de la ville afin de garantir la sécurité et le confort des utilisateurs et de s’aligner aux normes internationales.

Un nouveau visage pour le Parc de la Ligue Arabe

Casablanca Aménagement a été désignée maître d’ouvrage délégué pour le projet de rénovation du Parc de la Ligue Arabe. Ce chantier devra démarrer en septembre 2015 pour comprendre plusieurs étapes. Pour l’instant, Casablanca Aménagement est en phase de sélection d’une entreprise qui prendra en charge les études paysagères, techniques et le suivi des travaux. Avec un budget global de 100 millions de dirhams, le projet comprend outre des travaux d’extension, une rénovation du parc Yasmina qui sera rasé pour implanter un nouveau parc écologique à la place. A noter que dans ce budget, la commune urbaine de Casablanca qui est le maître d’ouvrage contribue à hauteur de 45 millions de dirhams, ainsi que la région du Grand Casablanca avec 20 millions de dirhams et la Direction générale des collectivités locales à hauteur de 35 millions de dirhams.

Sindibad est prêt et attend ses permis d’exploitation

Le projet Sindibad est un projet intégré qui s’est articulé autour de 3 axes qui accompagnent le développement de la métropole de Casablanca. Le premier qui est déjà achevé et qui n’attend que ses permis d’exploitation pour démarrer concerne la réalisation d’un parc d’attraction de haut niveau et d’un parc animalier. Le parc Sindibad s’étale sur une superficie de 34 hectares et a nécessité un investissement de 346 millions de dirhams. Il sera composé de 4 projets qui mettent en valeur toutes les richesses de la zone de Sindibad. Le parc regroupera ainsi une zone de loisir, un parc animalier, un parc écologique et une forêt récréative. La fameuse statue est en cours de remplacement et le parc s’ouvrira très bientôt au public.

Projet du Parc archéologique : Place à l’Histoire !

Le projet du Parc archéologique de Sidi Abderrahmane est le fruit d’un partenariat signé entre le ministère de la culture, les pouvoirs publics locaux et la Société Casablanca Aménagement en tant que maître d’ouvrage délégué. Le projet du Parc archéologique de Sidi Abderrahmane se situe au Sud-Ouest de Casablanca en plein quartier de Ain Diab. Il se trouve à quelques centaines de mètres des plages de Ain Diab entouré par le grand projet intégré de Sindibad et du Club de l’ODEP. D’un coût global de 40 millions de dirhams, le Parc archéologique de Sidi Abderrahmane devra être livré en décembre 2015.

Nouvelle trémie en vue

Le projet consiste en la construction d’une trémie dénivelant tous les carrefours d’accès à la Marina de Casablanca à partir des boulevards Les Almohades et Sidi Mohammed Ben Abdellah. L’aménagement concerne un tracé qui totalise un linéaire de 1.500 mètres dont la quasi-totalité est en trémie, soit 1.220 mètres, pour un coût global de 600 millions de dirhams.

Grand Théâtre de Casablanca : Un projet titanesque…

Le projet CasArts, Grand Théâtre de Casablanca, vise à doter la ville de Casablanca d’un espace d’art et de culture multidisciplinaire, d’une envergure internationale, ouvert à tous. Il s’agira d’un espace multidisciplinaire dédié à tous les arts de la scène (théâtre, musique, danse, comédies musicales,…), un lieu de rencontre de référence pour l’art et la culture et une icône architecturale et urbaine pour la ville de Casablanca. Outre la diffusion des œuvres et des spectacles nationaux et internationaux, CasArts vise à devenir un véritable levier de développement artistique et culturel pour le pays, à travers l’appui et la promotion des créations artistiques locales et la coopération avec les autres espaces et acteurs culturels du Maroc et de l’étranger. C’est ainsi qu’en avril 2011, une convention portant sur les modalités de réalisation et de financement du projet a été signée, désignant Casablanca Aménagement maître d’ouvrage délégué en charge de la conduite du projet, pour les volets construction et préparation à l’exploitation, pour le compte de la commune urbaine de Casablanca. Le budget alloué à ce projet a été fixé à 1,44 milliard de dirhams.
 

Le zoo d’Ain Sebaâ promis à un bel avenir

Conscients de l’importance symbolique et fonctionnelle du site actuel du zoo d’Ain Sbaâ, les pouvoirs publics locaux envisagent le réaménagement du zoo d’Ain Sebaâ en un parc multifonctionnel alliant loisir, détente et découverte de l’animal emblématique du site qu’est le lion de l’Atlas. A cet effet, la commune urbaine de Casablanca a confié à la Société Casablanca Aménagement la mission de maîtrise d’ouvrage déléguée pour la réalisation du projet du Parc zoologique d’Ain Sebaa. D’un coût global de 250 millions de dirhams, le projet s’étale sur une superficie d’environ 10 ha.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *