Ces femmes qui font bouger la Com

L’amour des femmes pour les métiers de la communication ne date pas d’aujourd’hui. C’est une longue et vieille histoire qui remonte à plus de trente ans. Une vraie histoire d’amour qui s’est intensifiée avec le temps. Rappelez-vous Coltte Amran. Le nom ne vous dit pas peut être grand chose, mais pour ceux qui ne le savent pas, c’est une pionnière qui a ouvert le champ à d’autres femmes qui ont su s’imposer.
A son compte, le premier spot télévisé (Lesieur) diffusé sur la première chaîne marocaine en 1969. Après avoir fait ces armes à Havas entre 1969 et 1974, Mme Amran a fondé ensuite, l’agence Top Publicité pour la revendre ensuite au groupe international de communication J. Walter Thomson. Une consécration pour cette femme qui a fait de la pub, une des raisons de son existence. Une fois, elle s’est confiée à un de ses confrères masculins de la profession : «je n’ai pas vu grandir mes enfants et mes petits-enfants». Une preuve de l’engagement de Mme Amran pour la communication. Fière de sa carrière ? Elle l’est. «Si je devais choisir aujourd’hui, je referais le même chemin », nous a-t-elle déclaré.
Aujourd’hui, l’omniprésence des femmes dans les métiers de la communication ne trompe personne. Faites un tour dans les agences publicitaires et les départements de communication des entreprises et vous découvrirez que les postes clès sont occupés par des femmes dynamiques. Des femmes qui en veulent ! C’est le cas notamment de Monique El Grichi, Directrice de l’agence Mosaîk. Forte d’une expérience de 21 ans dans la communication, cette bosseuse explique la forte présence dans la profession de par leur sensibilité extraordinaire mais surtout par leur professionnalisme ». Et de poursuivre dans ce domaine, les femmes doivent doubler leurs efforts par rapport aux hommes pour se faire une place dans ces métiers difficiles ».
Un avis partagé par Sylvie Taillez, responsable du département des relations publiques à Saga Communication. «La touche féminine est certes omniprésente dans cette profession de par leur diplomatie mais c’est oublier qu’elles sont avant-tout des professionnelles », tient-elle à préciser. Professionnelles, une bonne partie le sont. Sur ce point, Mme El Grichi souligne que les métiers de la communication nécessitent pragmatisme, polyvalence et remise en cause. Pour justifier son intérêt pour les métiers de la communication, Dalal Fassi-Fihri, Chef de publicité à l’agence Capricorn One, précise avant tout qu’il s’agit de métiers assez féminins. « Ces métiers sont fondés d’abord sur des rapports humains », ajoute-t-elle. Rapports humains, oui…les femmes excellent en la matière. Elles sont appelées aujourd’hui à faire preuve de plus de créativité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *