CGEM : Une présidente femme des plus déterminées à promouvoir le secteur privé au Maroc

CGEM : Une présidente femme des  plus déterminées à promouvoir le secteur privé au Maroc

Le mercredi 16 mai 2012, une date à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire du patronat marocain. C’est en ce jour que les chefs d’entreprises du Maroc ont choisi la première dame aux commandes de leur fédération. Miriem Bensalah-Chaqroun a remporté favorablement et à l’unanimité le vote de la présidence de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), qui a été longtemps dominée par les hommes.
Une femme et pas des moindres ! La descendante de la famille Bensalah, ancrée dans l’économie nationale, parle depuis ce jour au nom des hommes d’affaires plaidant ainsi pour la réhabilitation de l’acte d’entreprendre. Une nouvelle vision se trace, donc, pour l’entreprise marocaine qui revêt en conséquence une image plus dynamique et plus participative. L’entreprise, telle qu’elle est vue par Mme Bensalah, doit être un acteur dynamique dans la conception et la mise en œuvre des politiques de développement économique du pays.
En conjuguant l’économique au social, la présidente de la CGEM a tenu dès sa nomination «à préfigurer un modèle patronal marocain basé sur des particularités nationales au service d’une vision durable et pérenne». Des recommandations que Mme Bensalah n’a pas tardé à appliquer.
Voulant incarner une CGEM forte, ferme tout en refusant les compromis, Miriem Bensaleh a fait entendre sa voix à la première occasion présentée. La présidente de la CGEM a rencontré à plusieurs reprises le chef de gouvernement ainsi que les représentants de différents départements ministériels afin de partager avec eux sa feuille de route. De même, l’équipe Bensalah a été fortement présente dans les débats relatifs à l’élaboration du projet de loi de Finances 2013. Les propositions formulées par le patronat n’ont pas été pris en considération dans la première mouture du projet de loi de Finances 2013. La colère des commissions présidées par Miriem Bensalah s’est manifestée haut et fort. «L’année 2013 n’est pas l’année de l’entreprise», c’est ainsi qu’a commenté le département de la première dame du patronat national les dispositifs fiscaux et économiques de la loi de Finances 2013. Les sorties médiatiques, étudiées de Mme Bensalah, ont fait d’elle le personnage économique de l’année. De même, elle a volé la vedette en conduisant une haute délégation d’hommes d’affaires marocains aux États-Unis.
Mme Bensalah a donc défendu le potentiel des affaires face à ses homologues américains. A cet égard, un accord de coopération et de partenariat est prévu dès le mois de janvier 2013 entre la CGEM et la Chambre de commerce américaine. Ainsi, une année pleine de défi s’attend la présidente du patronat national.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *