Changement climatique : Le Maroc examine les opportunités avec la Chine

Changement climatique : Le Maroc examine les opportunités avec la Chine

Une rencontre de haut niveau dédiée à la coopération Sud-Sud

Selon Xie Zhenhua, représentant spécial de la Chine sur les affaires liées au changement climatique, son pays veut renforcer sa coopération avec les agences onusiennes pour faciliter une gouvernance climat mondiale.

Favoriser la coopération Sud-Sud sur le changement climatique est la question autour de laquelle s’est tenue une rencontre de haut niveau organisée conjointement par le Maroc, la Chine et les Nations Unies. La COP22 se veut ainsi une opportunité pour consolider cette coopération et de forger des modèles de partenariat Sud-Sud sur le développement durable et la résilience climatique. C’est ce qu’a souligné Salaheddine Mezouar lors de son intervention à cette rencontre ayant porté sur des sujets variés liés à la coopération Sud-Sud et au changement climatique.

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la CCNUCC, a quant à elle souligné la complémentarité existant entre la coopération Sud-Sud et la coopération Nord-Sud dans la lutte contre le changement climatique. En passant en revue les cas de coopération climatique Sud-Sud ayant réussi, Mme Espinosa a cité le Maroc en exemple. D’après Mme Espinosa, la coopération du Maroc sur le développement durable avec les pays africains, en particulier dans le domaine des énergies renouvelables, était un exemple à suivre.

Les thématiques abordées lors de cette rencontre tripartite sont relatives au renforcement des capacités, à la finance, à la technologie et aux partenariats multipartites.

L’occasion étant également de mettre en relief le rôle de la Chine dans cette dynamique Sud-Sud.

L’Empire du Milieu a développé plusieurs initiatives dédiées aux pays en développement afin de renforcer leur capacité en matière d’adaptation et d’atténuation.

Se référant à Xie Zhenhua, représentant spécial de la Chine sur les affaires liées au changement climatique, son pays veut renforcer sa coopération avec les agences onusiennes pour faciliter une gouvernance climat mondiale, mettant l’accent sur la fermeté de son pays pour faire avancer la mise en œuvre des contributions déclarées au niveau national. «A ce jour, la Chine a signé 27 protocoles d’entente avec des pays en développement, y compris des dons matériels pour contrer le changement climatique». M. Zhenhua a indiqué dans ce sens que «son pays avait fourni des formations dans le domaine de la lutte contre le changement climatique à travers un partage de technologie dans le domaine solaire et celui de l’utilisation de satellites permettant de développer des systèmes de  prévention».

Pour sa part, David Nabarro, conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies sur l’Agenda 2030 pour le développement durable et le changement climatique, a souligné que les agences onusiennes participent activement à cette dynamique pour la coopération Sud-Sud sur le changement climatique.

Cet engagement s’illustre par le lancement par le secrétaire général des Nations Unies du Southern Climate Partnership Incubator (SCPI) d’une initiative visant à renforcer les partenariats parmi les pays du Sud dans le domaine des énergies renouvelables, de la résilience climat, des smart cities et l’application au big data.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *