Changement climatique: L’ONEE réaffirme son appui à l’évènement

Changement climatique: L’ONEE réaffirme son appui à l’évènement

À J-12 de la COP22, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) branche eau est à pied d’œuvre pour cette conférence internationale sur le climat. Il a commencé à mettre en place son dispositif humain et matériel pour l’organisation de ce rendez-vous.

Au fait, l’intervention de l’Office dans le domaine de l’eau comprend plusieurs mesures d’adaptation et d’atténuation pour faire face aux impacts du changement climatique. Ainsi, ces mesures d’adaptation comprennent la diversification et le renforcement des sources d’approvisionnement en eau pour sécuriser l’alimentation en eau potable des populations. La capacité de production actuelle est de 62 m3/seconde et qui sera augmentée d’un débit supplémentaire d’environ 19 m3/seconde à l’horizon 2020. L’ONEE prévoit également la priorisation du recours aux ressources superficielles et autant que possible aux ressources non conventionnelles (dessalement, déminéralisation,…) contribuant ainsi à la préservation des nappes contre la surexploitation. Sans oublier de mentionner que dans le cadre du Programme national d’assainissement (PNA), l’Office prévoit durant la période 2016-2020 la réalisation de 60 nouvelles stations d’épuration d’une capacité de plus de 170.000 m3/j, mais aussi la réalisation des projets d’assainissement liquide pour contribuer notamment à la préservation des ressources en eau.

Sachant qu’au cours des quinze dernières années, un montant global de 8,5 milliards DH a été investi par l’ONEE pour la réalisation des projets d’assainissement permettant d’assurer actuellement le service assainissement dans 102 villes et centres au profit d’une population de plus de 4,3 millions d’habitants. Durant cette période, 81 stations d’épuration (STEP) ont été réalisées pour un débit global de 333.000m3/j, apprend-on de l’Office.

Par ailleurs, plusieurs actions menées par l’ONEE dans le domaine de l’eau contribuent aussi bien à l’adaptation qu’à l’atténuation des changements climatiques, à savoir l’amélioration des rendements des installations de production et de distribution pour réduire les pertes d’eau et contribuer à la préservation des ressources en eau. Les rendements de production et de distribution qui sont actuellement de 95,4 et 75,2% respectivement seront portés à 95,7 et à 76,5% dès 2017.

La valorisation des eaux usées épurées (VEUE), ainsi que la réutilisation des eaux usées épurées s’imposent de plus en plus comme une solution économiquement pertinente en offrant une ressource alternative pour certaines activités consommatrices d’eau, comme l’agriculture et l’industrie. Plusieurs projets ont été engagés par l’Office, en collaboration avec différents partenaires, comme sites pilotes pour la promotion de la VEUE. De plus, l’ONEE participe à l’effort national pour le renforcement de la réglementation actuelle par la dimension valorisation des eaux usées épurées, ajoute la même source.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *