Chevron et Petronas chassées du Tchad

«Dès demain, les représentants de Chevron et de Petronas doivent quitter le Tchad et fermer leurs bureaux», a déclaré Idriss Déby,  le chef de l’Etat tchadien. Il a souligné que le gouvernement avait demandé à Chevron et Petronas, ce mois-ci, de s’acquitter de leurs obligations fiscales prévues dans les contrats. «Malheureusement, le gouvernement n’a obtenu aucune réaction des deux partenaires», a ajouté Déby.
Cette décision-surprise intervient après l’initiative du Tchad de créer une nouvelle compagnie pétrolière nationale, appelée, selon le gouvernement, à devenir le partenaire du consortium pétrolier existant, dirigé par le major américain Exxon Mobil et comprenant Chevron et Petronas avec des participations respectives de 40%, 25% et 35%.
«Le Tchad avec Exxon gèreront le pétrole tchadien en attendant de trouver une solution avec les deux autres partenaires», a dit le président.
«Le Tchad doit rentrer dans la production de son pétrole pour contrôler ses richesses et développer et augmenter sa participation dans le pipeline (du consortium)», a dit Déby, faisant allusion à l’oléoduc d’une capacité de 250.000 barils par jour (bpj) qui achemine le brut tchadien vers le terminal camerounais de Kribi.
Le Tchad, qui a commencé l’extraction de pétrole en 2003, produit 160.000 à 170.000 bpj.
Dans le cadre d’un accord conclu en 1988 avec le consortium étranger, le Tchad reçoit 12,5% de la valeur du brut produit avant déduction de la ristourne de qualité et du coût d’acheminement du brut vers le terminal de Kribi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *